«Les cigarettes sont des dispositifs de distribution de drogue»
Actualisé

«Les cigarettes sont des dispositifs de distribution de drogue»

Selon une étude américaine, le taux de nicotine dans les cigarettes a augmenté de 11% en sept ans, alors que l'industrie du tabac s'était engagée en 1998 à tenter de réduire le tabagisme.

Des chercheurs de Harvard viennent de confirmer une étude des autorités sanitaires du Massachusetts qui a établi que les taux de nicotine dans les cigarettes avaient augmenté entre 1997 et 2005.

L'analyse, basée sur des données fournies au département de la Santé publique du Massachusetts par les fabricants de cigarettes, montre une augmentation moyenne de 1,6% chaque année du taux de nicotine et une hausse totale de 11% sur sept ans.

«Les cigarettes sont des dispositifs de distribution de drogue finement dosés, conçus pour perpétuer une pandémie de tabac», note Howard Koh, qui a travaillé sur l'étude. «Les informations précises sur ces produits restent entourées par le secret, cachées au public.»

Seulement trois Etats américains obligent les cigarettiers à fournir des informations sur la nicotine, mais le Massachusetts est le seul à disposer de données remontant à 1997.

L'étude de l'Etat, publiée en octobre, porte sur les taux de nicotine d'une centaine de marques de cigarettes sur une période de six ans. Elle révèle une hausse continue de la quantité de nicotine inhalée par les fumeurs et souligne que ces taux plus élevés favorisent la dépendance au produit et rendent plus difficile l'arrêt du tabac.

L'étude de Harvard attribue essentiellement la hausse à une augmentation du taux de nicotine dans le tabac brut utilisé dans les cigarettes, souligne Gregory Connolly, chef du programme de recherche sur le contrôle du tabac à l'école de santé publique de la prestigieuse université. La hausse s'explique «soit par le type de tabac utilisé soit par l'ajout de nicotine supplémentaire dans le tabac reconstitué», précise-t-il. «Nous ne savons pas précisément.»

Selon M. Connolly, cette découverte met en doute la sincérité de l'engagement pris par l'industrie du tabac en 1998 de lancer une campagne pour réduire le tabagisme chez les jeunes. Si les fabricants augmentent les doses de nicotine, «on pourrait ne pas avoir moins de jeunes fumeurs», prévient-il.

Les cigarettiers contestent les deux études. Philip Morris affirme que les données qu'elle a fournies au Massachusetts montrent des taux de nicotine identiques dans ses cigarettes Marlboro en 2006 et 1997. Le géant du tabac assure également que ces informations reflètent des variations aléatoires du taux de nicotine, vers le haut ou vers le bas.

Les chercheurs de Harvard ont procédé à une analyse approfondie des données de l'Etat et ont examiné une année supplémentaire. Leurs travaux ont été soutenus financièrement par l'organisation anti-tabac American Legacy Foundation et l'Institut national du cancer. (ap)

Ton opinion