Grèce: Les cinq députés néonazis seront poursuivis
Actualisé

GrèceLes cinq députés néonazis seront poursuivis

Le dirigeant du parti grec d'extrême droite Aube dorée, ainsi que quatre autres députés, vont devoir rendre des comptes à la justice, suite à leur arrestation.

Le chef d'un parti d'extrême droite grec, Nikos Michaloliakos, a été arrêté samedi.

Le chef d'un parti d'extrême droite grec, Nikos Michaloliakos, a été arrêté samedi.

Des poursuites pénales ont été engagées samedi par le procureur contre le dirigeant du parti néonazi grec Aube dorée et les quatre autres députés de cette formation, arrêtés dans la journée. Ils restent détenus jusqu'à leur présentation à un juge, a-t-on appris de source judiciaire.

Les poursuites ont été ouvertes sous le chef de «participation à une organisation criminelle» et «direction» de cette organisation s'agissant de Nikos Michaloliakos, fondateur et leader d'Aube dorée. Ces qualifications sont également retenues à l'encontre des seize autres membres du parti interpellés samedi lors d'un vaste coup de filet policier.

La présentation des prévenus aux deux juges d'instruction désignés pour suivre ce dossier doit intervenir dans les cinq jours, précise-t-on de source judiciaire. C'est à ces juges qu'il reviendra de se prononcer sur l'éventuelle inculpation des députés et membres d'Aube dorée appréhendés.

«Organisation criminelle»

Le chef de détention illégale d'armes a été également été retenu au regard de plusieurs saisies intervenues dans la journée chez les suspects, dont le dirigeant d'Aube dorée.

L'image saisissante de Nikos Michaloliakos, 56 ans, sortant menotté des bureaux de la police grecque à Athènes pour être transféré en début de soirée au tribunal a tourné en boucle sur les chaînes de télévision du pays.

Selon une source judiciaire, l'enquête menée depuis une semaine par la Cour suprême grecque a permis de rassembler des charges qui permettent de qualifier le parti Aube dorée d'«organisation criminelle».

La Cour suprême a été chargée d'enquêter sur le meurtre, il y a dix jours, d'un musicien antifasciste poignardé dans la banlieue d'Athènes par un membre du parti d'extrême droite, qui a reconnu les faits. (ats/afp)

Ton opinion