Rallye Dakar: Les circonstances du décès du pilote moto Pascal Terry restent troubles
Actualisé

Rallye DakarLes circonstances du décès du pilote moto Pascal Terry restent troubles

Les circonstances du décès du pilote moto Pascal Terry, qui participait au rallye-raid Dakar 2009, retrouvé mort en bordure du tracé de la deuxième étape en Argentine, restent troubles.

Les conclusions de l'autopsie ont établi que Terry est mort d'un oedème pulmonaire, a annoncé Julio Acosta, le responsable des opérations de la police de la province de Las Pampas. Le rapport scientifique précise qu'aucun signe de blessure ou de déshydratation n'avait été constaté et que le pilote était mort entre la tombée du jour dimanche et l'aube lundi.

Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé de la Jeunesse et des Sports, après avoir adressé jeudi ses «sincères condoléances» à la famille et aux proches de Pascal Terry, a indiqué qu'elle-même ainsi que son secrétaire d'Etat Bernard Laporte seraient «attentifs au déroulement de l'enquête en cours sur les causes exactes de son décès».

Agé de 49 ans, Terry avait disparu depuis le 4 janvier, lors de la 2e étape entre Santa Rosa et Puerto Madryn en Argentine. Il a été retrouvé mort dans la nuit du 6 au 7 janvier à une quinzaine de mètres de sa moto, une Yamaha 450 WR, et à 300 mètres de la piste empruntée dimanche par la course à laquelle il participait pour la première fois.

«Le pilote se trouvait dans un endroit très difficile d'accès au milieu d'une végétation très dense à une quinzaine de mètres de sa moto», avaient fait savoir les organisateurs dans un communiqué après la découverte du corps. «Il avait retiré son casque, et s'était abrité à l'ombre, disposant de nourriture et d'eau retrouvées près de lui.»

Dimanche, le PC organisation de Paris du groupe Amaury Sport Oranisation) organisateur de l'épreuve, avait reçu à 17h13 via satellite un signal envoyé par la balise de détresse du concurrent. A deux reprises dans les deux heures, l'organisation avait appelé l'Iritrak, le système GPS de localisation du concurrent, sans réponse.

Lundi après-midi, la défense civile argentine avait entamé des recherches, selon le journal «L'Equipe», mais le pilote n'a été retrouvé que le mercredi, alors que l'Iritrack permet de localiser exactement un concurrent.

«Il y a eu un problème dans la chaîne de communication de l'organisation entre le 4 et le 5 janvier», a déclaré Etienne Lavigne, le «patron» du Dakar, cité par le journal «L'Equipe» daté de jeudi. «Il y a des choses que l'on ne s'explique pas. L'information de l'émission de la balise parvient à Paris le 4 janvier et nous nous sommes prévenus le 5 dans la matinée...»

L'organisation du rallye en Argentine a d'abord cru que le pilote avait été retrouvé vivant, puisque dans la nuit du 5 au 6 janvier la présence de Pascal Terry avait été signalée à tort au bivouac de Neuquen. Les recherches avaient été brièvement interrompues. «Plus tard dans la journée, se rendant compte qu'il avait été confondu avec un autre, l'organisation a envoyé un véhicule de secours sur place avec un médecin à bord». Sans résultat. C'est finalement une équipe de secours qui a retrouvé le pilote mercredi à 2h10 (heure locale).

Selon Maryse Morel, responsable de MD Rallye Sport, la structure qui encadrait le motard, l'organisation l'avait informée que Pascal Terry avait été victime d'une panne d'essence au km 183 ou 184 de l'étape. «On nous a dit: on les suit, il y a le camion-balai, il y a du monde sur la piste», a-t-elle dit dans «L'Equipe». «Je sais qu'il avait fait une grosse chute le matin, Pascal Gilbert (autre motard du team) le suivait. Ce n'était pas grand chose, une grosse gamelle. Ils ont repris la piste normalement. Il n'était pas sonné».

ASO a ouvert une enquête interne. Le ministère argentin de la Justice suit l'affaire.

Le décès de Pascal Terry est le premier depuis le départ de la course, organisée cette année en Amérique du Sud en raison des menaces terroristes qui avaient contraint à l'annulation du rallye africain l'an passé.

Depuis sa création en 1979, le rallye a été régulièrement endeuillé. Lors de la précédente édition en 2007, deux motards avaient trouvé la mort.

Le rallye doit s'achever le 18 janvier à Buenos Aires. (ap)

Ton opinion