Actualisé 06.09.2012 à 11:48

Votations cantonales

Les citoyens de 11 cantons aux urnes

Les citoyens de 11 cantons alémaniques sont appelés au urnes le 23 septembre. Les Schaffhousois élisent leur parlement cantonal et les citoyens de 10 autres cantons se prononcent au total sur 21 objets.

Les citoyens alémaniques donneront de la voix le 23 septembre.

Les citoyens alémaniques donneront de la voix le 23 septembre.

Uri:Les citoyens votent sur une modification de la loi scolaire et de la constitution visant à rendre l'école enfantine obligatoire et à obliger les communes à introduire une deuxième année d'école enfantine. Uri et les Grisons sont les deux seuls cantons qui n'obligent pas les enfants à aller à l'école enfantine.

L'initiative «des personnes plutôt que des partis» des Jeunes PDC demande la généralisation du système majoritaire pour l'élection du parlement cantonal. Actuellement, 12 communes élisent au système majoritaire et 20 communes à la proportionnelle.

Les Uranais se prononcent encore sur une modification de la loi sur le tourisme visant à créer les bases d'une politique cantonale de développement touristique. Enfin, une modification de la loi sur les allocations familiales et sur un crédit de 2,5 millions de francs pour l'assainissement de la piscine d'Altdorf est soumise aux urnes.

Saint-Gall: les citoyens votent sur un crédit de 21,9 millions de francs pour la construction d'un nouveau centre de recherche à la Haute école technique de Rapperswil, dont le nombre d'étudiants a doublé depuis 2000. Le projet, incontesté, est devisé à 40 millions de francs. La Confédération et Rapperswil participent à hauteur de 20 millions.

Grisons: une réforme du territoire est soumise au vote. Onze nouvelles régions doivent remplacer les 39 arrondissements, 11 districts, 14 syndicats régionaux et 400 groupements de collectivités publiques. En cas de oui, le parlement devra légiférer sur la forme et les pouvoirs à donner aux régions.

Soleure: les citoyens se prononcent sur une modification de la constitution visant à interdire aux juges suppléants non professionnels d'être élus au parlement cantonal. L'objet n'est pas contesté. L'objectif est d'empêcher des conflits d'intérêts. Le parlement est en effet l'organe de contrôle des tribunaux.

Argovie: la révision de la loi sur les soins est soumise au peuple par voie de référendum. Un seul point est controversé: elle veut introduire une participation financière aux soins à domicile. Vingt pour cent des coûts reviendraient aux patients - 600 francs par mois au maximum. Partant du principe que la loi sera acceptée, le PS a déjà lancé une initiative pour faire supprimer cet alinéa.

Le canton souhaite par ailleurs une nouvelle réglementation sur l'utilisation du sous-sol et de l'extraction de richesses minières. Comme il s'agit d'une modification de la constitution, les citoyens sont appelés à se prononcer.

Zurich: le référendum constructif introduit en 2006 dans le canton de Zurich va peut-être déjà disparaître le 23 septembre. Les Zurichois votent sur son abolition. Cet instrument permet aux citoyens de soumettre des contre-projets aux propositions du Grand Conseil.

Pour les partisans de l'abolition, emmenés par l'UDC, ce système conduit à des votes trop compliqués. Opposés à l'abolition, le PS, l'UDF, le PEV et les Vert'libéraux estiment qu'il est trop tôt pour se prononcer définitivement sur cet instrument. Actuellement, seuls Zurich, Berne et Nidwald connaissent le référendum constructif.

Les Zurichois doivent aussi se prononcer sur un crédit de 38,9 millions de francs pour la construction d'une route de contournement pour les communes d'Ottenbach et Obfelden. Le PS, les Verts et les Vert'libéraux s'opposent à ce crédit.

Thurgovie: la construction de deux routes pour plus d'un milliard de francs entre Bonau et Arbon et entre Kreuzlingen et Arbon est contestée par la gauche et les Verts. La hausse de l'impôt sur les véhicules à moteur destinée à financer la construction a été combattue par référendum et est aussi soumise au citoyens. Un projet similaire avait déjà été refusé en 2005.

Schwytz: les citoyens sont appelés à se prononcer sur une nouvelle répartition des charges entre le canton, les districts et les communes. Deux mesures sont contestées et soumises à votation: la modification de la loi sur l'imposition foncière et celle sur le subventionnement des transports publics.

Dans les deux cas, communes et districts verraient leurs charges augmenter: de 17 millions de francs pour l'impôt foncier et de 3 millions pour les transports publics.

Les Schwyzois votent sur un crédit de 8 millions de francs pour les travaux prévus jusqu'en 2022 à l'abbaye d'Einsiedeln. Ils Le dernier point est l'adaptation de la loi cantonale à la loi fédérale sur les allocations familiales.

Lucerne: une initiative réclame la suppression de la concession que les sociétés électriques doivent payer aux communes pour installer leur réseau. Ces entreprises reportent les coûts de cette taxe sur leurs clients. Les autorités rejettent l'initiative qui creuserait un trou de 17 millions de francs dans les caisses communales.

Les initiants - la Communauté d'intérêt Fibres optiques et Energie - veulent en outre inscrire dans la Constitution l'engagement pour un approvisionnement électrique bon marché, sûr, rentable, non discriminatoire et utilisant notamment les fibres optiques. Ces revendications ont été reprises dans une nouvelle loi entrée en vigueur en juin.

Schaffhouse: les Schaffhousois renouvellent leur Grand Conseil le 23 septembre. Les 60 sièges sont convoités par 517 candidats, dont Gerhard Blocher, le frère de l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher, qui est inscrit sur la liste sénior de l'UDC.

Il y a quatre ans, l'UDC avait essuyé une défaite, perdant presque 9 points de pourcentage avec 24,6% des voix. Le parti restait toutefois la première force politique avec 19 sièges (dont 3 de la liste jeune). Les socialistes, également en recul, avaient obtenu 14 fauteuils.

Le PLR a quant à lui 14 sièges (dont 2 de la liste jeune) à défendre. Le parti éco-libéral ÖBS compte 5 députés, le PDC et la liste alternative en ont chacun 3. Le PEV et l'UDF ont un représentant.

(ats)

Une bretelle autoroutière divise le Tessin

La construction d'une sortie d'autoroute à Bellinzone échauffe les esprits au Tessin. Le 23 septembre, les citoyens du canton décideront du sort de ce projet contesté. Ils se prononceront aussi sur une aide financière aux retraités en difficulté et une modification de la constitution.

La bretelle autoroutière sur l'A12 est prévue à la hauteur du centre-ville de Bellinzone. L'objectif est de libérer les communes et les quartiers au nord et au sud du chef-lieu tessinois du trafic des pendulaires. Aux heures de pointe, les voitures y roulent au pas.

Les Verts ont lancé avec succès un référendum contre le crédit de planification de 2,5 millions de francs décidé en février par le Grand Conseil. Le PS et des organisations écologistes s'y sont joints.

Inutile

Une nouvelle sortie d'autoroute ne fait que déplacer le problème et créé du trafic supplémentaire, argumentent ses adversaires. Un nouveau rond-point à l'entrée de Monte Carasso et l'extension de la route d'accès à cinq pistes, la Via Tatti, ne sert à rien si le croisement suivant reste un goulet.

La planification prévoit certes un parking «Park & Ride» pour la région de Bellinzone, mais les référendaires estiment que les 900 places projetées ne suffisent pas.

Dans les années 1990, les Tessinois avaient déjà refusé un projet similaire. Les Verts et le PS exigent que les 70 millions de francs que coûte le concept routier soient investis dans l'amélioration du réseau de bus et des pistes cyclables.

Epreuve de force de la Lega

L'initiative de la Lega pour une «13e AVS» pourrait tourner en épreuve de force. Le parti populiste veut des aides financières supplémentaires pour les retraités en difficulté. Une large majorité du Parlement a rejeté le texte en juin.

Le slogan «13e AVS» utilisé par la Lega dans sa campagne est trompeur, critiquent les autres partis. Seuls les retraités ayant droit à des prestations complémentaires, habitant depuis au moins 12 ans en Suisse et ne disposant pas d'une propriété foncière d'une valeur de plus de 150'000 francs, recevraient une aide.

Lors des débats parlementaires, les députés ont certes reconnu qu'il existe un risque accru de pauvreté chez les seniors. Mais il est injuste de ne pas tenir compte aussi des autres groupes de personnes. La manne publique doit être répartie de manière équitable, a conclu le Grand Conseil.

Séparation des pouvoirs

Le 3e objet des votations cantonales tessinoises ne suscite guère d'émotions: une modification de la constitution en rapport avec la séparation des pouvoirs.

Le paragraphe interdisant aux procureurs et juges cantonaux un mandat politique au Conseil d'Etat et au Grand Conseil doit être étendu aux juges de paix, juges fédéraux et procureurs de la Confédération.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!