Incendie de la Grenfell Tower: Les clandestins qui ont survécu seront régularisés
Actualisé

Incendie de la Grenfell TowerLes clandestins qui ont survécu seront régularisés

Suite aux critiques, le gouvernement britannique offrira finalement aux migrants ayant survécu à l'incendie un permis de résidence permanente.

1 / 48
Le juge retraité Martin Moore-Bick, qui dirige l'enquête publique, a ouvert la séance lundi en faisant observer 72 secondes de silence, en référence à chacune des victimes.

Le juge retraité Martin Moore-Bick, qui dirige l'enquête publique, a ouvert la séance lundi en faisant observer 72 secondes de silence, en référence à chacune des victimes.

AFP/ben Stansall
Les migrants clandestins figurant parmi les 250 survivants se verront offrir une autorisation de résidence permanente par le gouvernement britannique. (Mercredi 11 octobre 2017)

Les migrants clandestins figurant parmi les 250 survivants se verront offrir une autorisation de résidence permanente par le gouvernement britannique. (Mercredi 11 octobre 2017)

AFP
Une audience s'est ouverte avec une minute de silence en mémoire des victimes et un hommage a également été rendu aux survivants à Londres (Jeudi 14 septembre 2017).

Une audience s'est ouverte avec une minute de silence en mémoire des victimes et un hommage a également été rendu aux survivants à Londres (Jeudi 14 septembre 2017).

Keystone

Les migrants clandestins, qui ont survécu à l'incendie de la Grenfell Tower en juin à Londres, vont se voir offrir une autorisation de résidence permanente en Grande-Bretagne, a annoncé le gouvernement britannique mercredi. La catastrophe avait fait quelque 80 morts.

Migrants clandestins

La tour de 24 étages composée de logements sociaux située dans l'ouest de Londres avait été ravagée par un incendie qui s'était déclaré dans la nuit, prenant au piège de nombreux résidents.

Parmi ces derniers se trouvaient des migrants clandestins, dont certains figuraient parmi les 250 survivants. Plusieurs de ces migrants sans papier hésitaient à se faire connaître des autorités britanniques par crainte d'être expulsés du pays.

Critiques

Les autorités britanniques avaient indiqué, dans un premier temps, qu'elles accorderaient un droit de résidence de douze mois aux survivants, dépourvus de titre de séjour, qui se feraient connaître.

Cette position avait suscité des critiques en raison de son manque de générosité. Martin Moore-Bick, président de la commission d'enquête sur la catastrophe, a demandé au gouvernement de reconsidérer son offre. Certains survivants craignaient de fournir des détails sur leur présence illégale en Grande-Bretagne.

Le ministère de l'Intérieur a indiqué qu'après la période initiale de douze mois les survivants de la Grenfell Tower seraient autorisés à solliciter une nouvelle demande de résidence pour cinq ans. Au terme de cette période et s'ils n'ont commis aucune infraction, ils bénéficieront d'un permis de résidence permanente. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion