Vol à l’étalage: Des clients Migros ne peuvent plus sortir sans ticket de caisse
Publié

Vol à l’étalageDes clients Migros ne peuvent plus sortir sans ticket de caisse

Le détaillant a installé des barrières où il faut présenter son ticket dans 5% des magasins de la coopérative à Zurich. Trop de vols ont en effet été commis aux caisses en libre-service.

Des bornes de self-checkout dans une Migros.

Des bornes de self-checkout dans une Migros.

Urs Jaudas/Tages-Anzeiger

Dans les points de vente Migros à Zurich, les clients qui règlent leurs achats aux bornes de self-checkout sont de plus en plus obligés de présenter leur ticket de caisse pour sortir du magasin. Ils doivent en effet scanner le QR code du billet pour ouvrir une porte barrière et quitter l’enseigne.

Il faut dire qu’il y a 4 mois, la coopérative en a eu assez. Assez des vols à l’étalage dans la zone des caisses en libre-service. Du coup, elle a équipé 5% de ses magasins de ces barrières afin de mettre les clients peu scrupuleux au pas, rapportent les journaux de CH-Media. «La démarche de Migros Zurich est remarquable dans la mesure où Migros et Coop avaient jusqu’ici misé sur la responsabilité individuelle et sur des contrôles aléatoires», selon eux.

Interrogé, le détaillant orange explique n’utiliser ce système «que ponctuellement, dans un but de prévention et pour délimiter clairement la zone des caisses». La coopérative n’a pas voulu dévoiler selon quels critères les points de vente étaient choisis, ni l’ampleur des vols enregistrés jusqu’ici. Mais selon elle, le système serait bien accepté des clients.

La pratique, si elle est relativement nouvelle en Suisse (Lidl utilise aussi de telles barrières dans 90% de ses filiales), est courante aux Pays-Bas. Les portes barrières sont en effet également utilisées dans les transports publics et dans l’accès aux gares.

Mais Migros ne dit rien sur l’efficacité du système en Suisse. Une efficacité dont on peut douter. En effet, une série d’escroqueries a récemment eu lieu à la Migros, mais en Argovie, rappellent les journaux. L’auteur scannait ses achats au self-check-out, mais avant de payer, il retirait certains produits et les emportait sans les payer. Dans ce genre de situation, la barrière est totalement inutile puisque le client peu scrupuleux dispose d’un ticket en bonne et due forme pour sortir du magasin.

(cht)

Ton opinion

147 commentaires