Actualisé 11.11.2008 à 07:56

Saison d'hiver 2008-2009

«Les clients réclament les tests de skis et de snowboards»

Lancés il y a quelques années, les ski-tests connaissent un grand succès. A Saas Fee, tout le monde se félicite de cette offre d'avant-saison.

de
Didier Bender

«Le week-end prochain, nous atteindrons la capacité limite de notre ski-test». Directeur de Saas Fee Tourisme, Simon Bumann se frotte les mains. Plus de 500 personnes se sont inscrites pour les tests de skis et de snowboards organisés sur le glacier.

Depuis le début de l'offre, le 4 octobre, Saas Fee est une destination recherchée par les fans de glisse, avides de découvrir les nouveautés 2008-2009.

«Ça montre que c'est vraiment une demande», poursuit le responsable touristique qui estime que plus de 90% des gens séjournent dans la station. Le prix d'un séjour de deux nuits (avec deux forfaits et le ski-test, débute à moins de 300 francs. Pour les clients à la journée, le forfait abonnement (57 francs) et test (35 francs) coûte moins d'une centaine de francs.

«Ils testent jusqu'à cinq paires par jour»

Sur les hauts de la station, Marcus Dreier, le responsable du Test Center, se prépare à une fin de semaine chargée. Avant d'acheter leur nouveau matériel, les fans de glisse ont le choix entre 13 marques de skis et 14 marques de snowboard. «Ils essaient de trois à cinq paires par jour», estime Marcus Dreier.

Le fabricant suisse de skis Stöckli a organisé deux week-ends en octobre. Près de 40 personnes ont participé au premier week-end, contre 70 lors de la deuxième rencontre. «A un moment donné, il faut être présent», avoue Louis Monney, responsable de la succursale Stöckli à Vevey. Derrière cette présence, il y a une volonté commerciale. «De toute façon, le but est de vendre des skis. On ne va pas vendre 70 paires sur un week-end de test, mais si on vend 20 à 30%, c'est déjà pas mal.» La marque est également présente, mais de façon permanente, à Zermatt, la station voisine qui organise aussi des semaines de tests de matériel.

«Même s'il est très difficile à estimer les ventes, c'est très intéressant d'être sur place», estime Dominik Pretti, responsable marketing des skis Movement, de Vevey. Pour la marque, «c'est l'un des rares moyens pour avoir un accès direct aux consommateurs.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!