Actualisé 20.05.2016 à 12:07

Football

Les clubs dans lesquels il a joué sont sur sa peau

S'il devait oublier une ligne sur son CV, le Chilien Leo Monje n'aurait qu'à regarder ses tatouages.

de
dro

Leo Monje a porté les maillots de 16 formations depuis le début de sa carrière professionnelle en 2000. Le Chilien a tatoué chacun des logos des équipes pour lesquelles il a évolué sans en oublier un seul.

Toutes ces équipes ont gagné mon respect et ont été très importants dans ma carrière, explique l'attaquant de 35 ans dans un quotidien chilien La Cuarta, repris par «El Mundo Deportivo». Chaque tatouage a été très douloureux et duré une heure. Le pire a été celui de Palestino (ndlr: un club de Santiago du Chili) car il est situé dans une zone très sensible: juste sous l'aisselle.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!