Daillens (VD) – «Les collègues nous appellent les Avengers»
Publié

Daillens (VD)«Les collègues nous appellent les Avengers»

Six employés du centre de tri des colis de La Poste testent des exosquelettes pour rendre leurs tâches moins pénibles, notamment à l’approche des fêtes.

par
Jérôme Genet

Des employés testent depuis deux semaines différents exosquelettes. Démonstration dans cette vidéo.

Depuis deux semaines, six collaborateurs volontaires attirent l’attention des 300 employés de l’immense halle de Daillens, où La Poste trie les colis pour toute la Romandie. «Nos collègues nous appellent les Avengers», raconte Amine, en référence aux super-héros des comics et films Marvel. Le jeune homme porte une «armure» qui n’a pourtant rien de comparable avec celle d’Iron Man. Mais sa discrète carapace synthétique l’aide à soulever les 10 000 kilos de charges cumulées qu’il déplace chaque jour.

1 / 3
Plusieurs types d’exosquelettes sont testés par La Poste à Daillens. Ils sont même invisibles sous les habits.

Plusieurs types d’exosquelettes sont testés par La Poste à Daillens. Ils sont même invisibles sous les habits.

20 minutes/Jérôme Genet
Le modèle le plus léger, porté par Amine, ne le gêne pas dans ses mouvements.

Le modèle le plus léger, porté par Amine, ne le gêne pas dans ses mouvements.

20 minutes/Jérôme Genet
La manutention des colis encombrants est moins pénible avec l’assistance d’un exosquelette passif.

La manutention des colis encombrants est moins pénible avec l’assistance d’un exosquelette passif.

20 minutes/Jérôme Genet

Le manutentionnaire avait déjà testé un exosquelette, durant quelques jours, il y a six mois. Depuis deux semaines, le géant jaune a lancé une évaluation de longue durée, soit durant encore six mois. Plusieurs modèles, avec des fonctionnalités différentes, sont actuellement testés. L’exosquelette porté par Amine ne pèse que 600 grammes et vaut environ 600 francs. Il se compose d’un harnais dorsal, fixé également aux jambes. Des élastiques accompagnent les mouvements et économisent 30% d’efforts tout en répartissant mieux la charge dans le dos.

«Ce n’est pas du luxe!»

Ratko, manutentionnaire à Daillens depuis 22 ans

Une réduction de la fatigue

«Le but n’est pas de porter un exosquelette toute la journée, mais de cibler les activités particulièrement pénibles», précise Samuel Taschner, chef du projet et spécialiste de la sécurité au travail pour le géant jaune. «Ce n’est pas du luxe», lâche Ratko, chef d’équipe qui travaille à Daillens depuis l’ouverture du centre de tri il y a 22 ans. «Les collaborateurs rentrent chez eux avec moins de fatigue», ajoute le physiothérapeute qui suit les essais. Les premiers feedbacks sont positifs (voir notre vidéo ci-dessus). Des tests sont aussi en cours dans les services de distributions, notamment à Lausanne.

Avec des records de colis attendus pour les achats du Black Friday (vendredi prochain) et de Noël, ces accessoires dorsaux devraient soulager quelque peu les employés. Ces prochaines semaines, La Poste sattend à devoir trier 1,4 million de colis par jour sur l’ensemble du pays.

Ton opinion

61 commentaires