Les combats se multiplient à la veille de la trêve

Actualisé

Les combats se multiplient à la veille de la trêve

La volonté de Tsahal de contrôler la zone frontalière au Liban-Sud a occasionné de violents affrontements hier, quelques heures avant le cessez-le-feu.

L'arrêt des combats ce matin à 8 h (7 h suisses) entre l'Etat hébreu et la milice chiite libanaise a été négocié par le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, avec les dirigeants d'Israël et du Liban, après le vote de vendredi au Conseil de sécurité.

Le gouvernement israélien a approuvé hier la résolution, précisant qu'il conserverait son droit à l'autodéfense. Beyrouth avait fait de même samedi, et le Hezbollah, qui n'est pas partie prenante dans la résolution, s'est rallié à la position libanaise tout en se réservant le droit de combattre les soldats israéliens qui se trouveraient toujours sur le sol libanais.

La résolution prévoit le déploiement de l'armée libanaise et de 15 000 soldats des Nations Unies au Liban-Sud au fur et à mesure qu'Israël en retirera ses troupes. Mais, dans l'intervalle, Israël a engagé une vaste offensive pour tenter de gagner du terrain sur les combattants du Hezbollah.

Hier, des combats acharnés faisaient rage sur plusieurs fronts. Les troupes israéliennes se heurtaient à la résistance du Hezbollah dans leurs efforts pour progresser. Avec 29 soldats tués, Tsahal a subi ce week-end ses plus lourdes pertes militaires depuis le début de la guerre, le 12 juillet.

Israël n'a jamais réussi à mettre en déroute la milice chiite, qui continue à tirer quotidiennement ses roquettes sur le nord d'Israël. Plus de 250 de ces engins ont été tirés hier, faisant un mort et quelque 90 blessés, selon la police. Au Liban, 25 civils au moins – dont une mère et ses trois enfants – et quatre soldats ont été tués.

(frs/ats/afp)

Ton opinion