Actualisé 14.03.2016 à 12:38

Envois publicitairesLes communes divulguent les données des Vaudois

Les données de 70% des habitants sont transmises par leur commune de résidence à des fins publicitaires. Souvent à leur insu.

de
Christine Talos
Les communes vaudoises transmettent souvent les données de leurs habitants à des fins publicitaires.

Les communes vaudoises transmettent souvent les données de leurs habitants à des fins publicitaires.

photo: Keystone

Selon l'émission de la RTS «On en parle», plus de 57% des communes du canton de Vaud transmettent leurs données parfois confidentielles à la fondation de marketing direct BVA (Bureau vaudois d'adresses), à Lausanne, qui réalise des envois publicitaires pour le compte de sociétés. Ce qui représente environ 70% des habitants du canton. Parmi les données transmises figurent nom, prénom, adresse, état civil, date de naissance, parfois le numéro AVS, voire la profession, alors que la loi l'interdit.

Autant de données qui sont très prisées des entreprises qui peuvent ainsi cibler les catégories de gens en fonction de leur stratégie commerciale. Exemple cité par l'émission: si un garage veut envoyer une publicité sur le dernier cabriolet reçu à tous les hommes de 50 à 65 ans résidant sur la Riviera vaudoise, il peut le faire facilement via le BVA.

Pas au courant

Hic: la plupart des Vaudois ne sont pas au courant de la pratique et savent du coup encore moins qu'ils peuvent s'y opposer. Selon «On en parle», sur les 131 communes qui transmettent les données au BVA, 64, soit la moitié, n'avertissent pas leurs citoyens ou ne leur expliquent pas qu'ils ont le droit d'exiger que leurs informations ne soient pas communiquées. Cela même alors qu'une directive de 2007 leur demande clairement d'avertir les nouveaux arrivants.

Pourtant celles qui préviennent leurs citoyens, elles le font simplement via une case à cocher lors de leur formulaire d'entrée. La préposée vaudoise à la protection des données estime qu'il va falloir à l'avenir que les communes informent systématiquement les citoyens de leurs droits. La RTS a d'ailleurs établi une carte indiquant les communes qui jouent la transparence et les autres.

Des paniers garnis

Certaines communes, interrogées par l'émission, ne savent pas qu'elles sont libres de refuser de transmettre ces données et croient qu'il s'agit là d'une obligation. D'autres le font sous prétexte que les renseignements fournis peuvent apporter des aides précieuses pour informer la population sur certaines thématiques, comme la santé.

Enfin, alors que ces données coûtent souvent cher aux sociétés qui cherchent à les obtenir, celles-ci sont livrées gratuitement ou presque par les communes. Seules 17 municipalités interrogées ont déclaré demander des émoluments. Les autres se font récompenser par le BVA, qui tire au sort et offre à deux employés méritants des... paniers garnis!

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!