VAUD: Les communes mettent la sourdine sur les routes
Actualisé

VAUDLes communes mettent la sourdine sur les routes

Les villes désirant profiter d'aide pour éduire le vacarme de leurs axes routiers ne doivent pas traîner.

par
Marco Ferrara

Réduire le bruit des routes pour s'adapter aux nouvelles normes: tel est l'objectif de plusieurs villes vaudoises dans les neuf ans qui viennent. Pour accroître le confort de ceux qui résident aux abords de ces axes, la Confédération ouvre son porte-monnaie: elle paie jusqu'à un tiers des travaux. Mais les entités locales ne doivent pas traîner. Les subventions s'évaporeront en 2018. A Ecublens, la Municipalité demandera ce jeudi à ses élus le feu vert pour étudier ses besoins. La commune ouest-lausannoise souhaite profiter de la manne fédérale: 10 km de ses routes sont empruntés chaque jour par plus de 3000 véhicules, notamment autour de l'EPFL. Près de 150 communes vaudoises sont concernées: les tronçons à assainir représentent environ 400 km de route longeant quelque 10 000 bâtiments. Vitesse limitée, revêtement spécial, cloisons antibruit et fenêtres à double vitrage sont les mesures envisagées. Le coût global a été estimé à 120 millions de francs, tous axes confondus. Ce genre de projets prenant toutefois plusieurs années, le Canton motive les communes à presser le pas dans leurs demandes. Morges, Yverdon, Pully et la capitale vaudoise ont déjà entamé les démarches. Lausanne veut assainir en priorité l'axe Ours-Vennes et le quartier des Boveresses, assure Daniel Litzistorf, le Monsieur Bruit de la Ville. Si tout va pour le mieux, les travaux pourraient débuter dans un an.

Ton opinion