Moldavie: Les communistes favoris à l'élection du nouveau parlement

Actualisé

MoldavieLes communistes favoris à l'élection du nouveau parlement

Les Moldaves élisent dimanche leur nouveau Parlement dominé par les communistes pro-européens.

Ces derniers sont donnés favoris à ce scrutin législatif dans cette ancienne république soviétique et pays le plus pauvre d'Europe.

Près de 2,6 millions d'électeurs doivent choisir les 101 députés du Parlement qui élira par la suite le nouveau président.

Plus de 3000 observateurs nationaux et internationaux sont présents en Moldavie pour surveiller le déroulement du scrutin. Notamment plus de 200 représentants de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE), qui a relevé quelques irrégularités pendant la campagne électorale.

Stabilité souhaitée

«J'ai voté pour le développement, pour la Moldavie, pour le peuple moldave», a déclaré le président et chef du Parti communiste moldave (PCM), Vladimir Voronine. «Nous allons construire une Moldavie européenne», a-t-il souligné.

Vlad Filat, le chef du Parti libéral-démocrate (LDPM), l'un des principaux parti d'opposition, a déclaré avoir voté «pour que la Moldavie reste un Etat libre et démocratique».

Parmi les électeurs qui se sont rendus aux urnes à Chisinau, la capitale, une retraitée de 72 ans a affirmé avoir voté communiste comme son mari, «parce que nous voulons la stabilité».

Communistes en tête

Selon les derniers sondages avant le scrutin, les communistes obtiendraient autour de 36% des suffrages. Loin devant deux formations de droite, le LDPM et le Parti libéral, crédités chacun d'un peu plus de 8%.

Si ces chiffrent se confirmaient, ces trois formations seraient les seules à franchir le seuil requis de 6% pour entrer à l'assemblée, parmi les 12 partis et cinq candidats indépendants en lice. Les premières estimations devraient être connues tôt lundi matin.

Le Parlement élira le nouveau président de ce pays frontalier de l'Ukraine et de la Roumanie entre le 8 avril et le 8 juin. M. Voronine ne peut plus se représenter, car il a atteint la limite de deux mandats de quatre ans.

Pro-européens

Arrivés au pouvoir en 2001 sur un programme pro-russe, les communistes ont opéré en 2005 un virage radical en se tournant vers l'Union européenne. Ils continuent à ménager Moscou, dont Chisinau reste très dépendante, notamment pour son gaz, et pour le règlement du conflit dans la région séparatiste de Transdniestrie, qui n'est pas concernée par ces élections.

La Moldavie perçoit une aide «assez importante de l'UE pour le développement économique», observe Arcadié Barbarossié, analyste au Centre de recherche indépendant Invisible College. Fin 2008, la Commission européenne s'était déclarée prête à négocier avec Chisinau sur des accords d'association et des zones de libre-échange approfondies.

(ats)

Ton opinion