Actualisé 20.05.2014 à 12:36

ValaisLes comptes de Groupe Mutuel dans le rouge

Les comptes de l'assurance maladie de base du Groupe Mutuel de Martigny (VS) ont été déficitaires en 2013.

«Une augmentation sans précédent des dépenses hospitalières» explique ce résultat, communique mardi l'assureur.

L'introduction des forfaits par cas en 2012 a provoqué d'importants retards de facturation. Certaines factures hospitalières de 2012 ont été transférées vers l'exercice 2013. Les coûts de l'assurance obligatoire ont en conséquence progressé de 15%, explique l'assureur.

L'assurance de base a clôturé l'exercice avec une perte de 128 millions de francs. L'exercice 2012 avait enregistré un excédent de 9,4 millions. Le chiffre d'affaires dans ce domaine a en revanche progressé de 5,4% pour atteindre 3,72 milliards de francs. Parallèlement, le nombre d'assurés a augmenté de 2,8% et totalise 1,2 million de personnes.

Les résultats de l'assurance obligatoire influencent les résultats globaux du Groupe Mutuel. Le chiffre d'affaires augmente et passe de 4,4 à 4,6 milliards de francs, mais le bénéfice de Groupe Mutuel a chuté à 14,9 millions de francs contre 151,6 millions un an auparavant.

Exercice contrasté

L'année 2013 a été contrastée. L'ensemble des activités enregistrent une progression qualifiée de «satisfaisante, voire réjouissante». En même temps, 2013 est une année de consolidation. Le nombre d'assurés au premier janvier 2014 est identique à celui du 1er janvier 2013.

Les coûts de la santé ont repris l'ascenseur en 2013, observe l'entreprise. Le financement stationnaire des hôpitaux et des retards de facturation expliquent cette situation. Mais dans d'autres domaines, les coûts ont augmenté plus fortement qu'en 2012. Le Groupe Mutuel cite les laboratoires, les médecins, ou les physiothérapeutes qui affichent des hausses de 6% et plus.

En 2013, le volume de primes par assuré a augmenté de 2,9%. Les prestations versées ont grimpé de 12,5%, précise le Groupe Mutuel. Il a fallu puiser dans les réserves et les provisions pour compenser la différence.

L'estimation des primes pour 2014 a été difficile. La situation devrait gagner en stabilité en 2015. Mais certains tarifs de prestataires de soins sont encore provisoires, avertit le Groupe Mutuel. L'assureur veut poursuivre sa politique de modération et éviter les à-coups importants des primes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!