Suisse: Les conducteurs détestent être suivis de trop près
Actualisé

SuisseLes conducteurs détestent être suivis de trop près

Les motifs d'énervement ne manquent pas au volant. Etre «collé» par un automobiliste ou téléphoner en conduisant arrivent en tête.

par
nxp/smk
Les motifs d'énervement en milieu urbain et sur l'autoroute ne sont pas les mêmes.

Les motifs d'énervement en milieu urbain et sur l'autoroute ne sont pas les mêmes.

Keystone

Les automobilistes suisses mettent en tête deux attitudes qui les énervent profondément: être suivis de trop près et l'utilisation du téléphone portable au volant. C'est ce qui ressort d'une étude menée par AXA Winterthur auprès de 1200 conducteurs.

Le sondage montre que 60,4% des personnes interrogées s'énervaient «de souvent à très souvent» en raison du non-respect des distances de sécurité. Téléphoner ou envoyer des SMS au volant irrite 54,9% des automobilistes.

La distance de sécurité avant tout

Les motifs de courroux ne manquent pas sur la route. Une voiture qui s'insère «de force» après un dépassement exaspère également une majorité de conducteurs (54,1%), juste devant l'oubli du clignotant (49,1%). Les automobilistes se montrent en revanche plus cléments envers le fait de boire ou manger au volant (13,2% d'irritation) ou démarrer trop lentement au feu vert (16,6%).

Le risque principal pour les automobilistes vient principalement du non-respect des distances de sécurité (83%), devant les mauvaises conditions météo. La vitesse ne représente un risque «que» pour 57,5% des personnes interrogées.

La règle des deux secondes

La compagnie d'assurances indique que plus d'un tiers des dommages aux voitures signalés à son attention sont dus à des collisions par l'arrière. Celles-ci interviennent «lorsque le conducteur réagit trop tard ou lorsque l'espace entre deux véhicules est inférieur à la distance de freinage», souligne Bettina Zahnd, responsable Recherche accidentologique & Prévention.

Elle rappelle que la règle des deux secondes «vaut pour toutes les vitesses et peut donc être utilisée dans toutes les situations». Il suffit de choisir un point fixe et de compter lentement jusqu'à deux à partir du moment où la voiture qui précède franchit ce repère. «Si vous arrivez au repère en question avant d'avoir compté jusqu'à deux, c'est que la distance est insuffisante.»

La conduite en ville provoque d'autres sources d'énervement. Et en milieu urbain, ce sont surtout le manque de places de stationnement, la densité du trafic et les cyclistes qui tapent sur les nerfs des conducteurs. Loin devant les rues à sens unique, les passages piétons ou encore les voies de tram et de bus.

Ton opinion