Ecole obligatoire - Les congés joker pour les petits Fribourgeois se précisent

Publié

École obligatoireLes congés joker pour les petits Fribourgeois se précisent

Le Conseil d’État a publié hier la loi instituant quatre demi-journées annuelles de congé sans justification pour les écoliers du canton de Fribourg. En Suisse romande seul le Jura a une disposition similaire.

par
Gilles Martin
Les parents qui prennent congé sans motif pour leur enfant ne risqueront plus de sanction.

Les parents qui prennent congé sans motif pour leur enfant ne risqueront plus de sanction.

Manuela Matt/Tamedia

Les parents d’écoliers fribourgeois pourront bientôt dispenser leurs enfants de quatre demi journées d’école par année sans justification. Les députés fribourgeois avaient accepté en septembre 2020 une motion des députées Susanne Schwander (PLR) et Eliane Aebischer (PS) demandant l'introduction de journées joker durant la scolarité obligatoire. Chargé de modifié la loi en ces sens, le Conseil d’État fribourgeois a publié mercredi le texte modifié après avoir mené une procédure de consultation.

Concrètement, les parents disposeront de quatre demi journées joker. Mais quelques règles s’appliqueront néanmoins. Il est exclu de les utiliser le premier jour d’école de l’année scolaire, lors des activités scolaires obligatoires et durant les jours d’examens officiels. Les établissements peuvent également déterminer d’autres occasions particulières où un jour joker ne peut être pris.

Annonce une semaine à l’avance

Les jours joker devront être annoncés au moins une semaine à l’avance et pourront être cumulés sur l’année scolaire en cours, en revanche, pas question de les conserver pour l’année suivante. Les jours joker non utilisés ne peuvent pas être reportés à l’année scolaire suivante.

En cas d’absences non justifiées d’un élève, la direction d’établissement peut restreindre ou refuser l’utilisation des jours joker. Enfin, les parents sont responsables des congés qu’ils sollicitent pour leurs enfants et assument le suivi des programmes. A la demande de l’école, les élèves devront rattraper la matière et les évaluations manquées.

Un concept courant en Suisse alémanique

La modification de la loi, qui doit être validée par le Grand Conseil, sera ensuite soumise au référendum facultatif. Elle n’entrera donc pas en vigueur à la rentrée d’août. Lors du premier débat parlementaire la proposition avait été adoptée par 44 voix contre 38 et 3 abstentions. L’UDC s’y était notamment opposée.

Courante en Suisse alémanique où 15 cantons y ont recours, la pratique des jours joker peine à s’imposer dans l’école romande. Seul le Jura la pratique, avec deux demi-journées par an. Interrogés en 2015 par «Le Temps», les départements de l'instruction des autres cantons romands ne voulaient pas en entendre parler. «Nous considérons que l'école n'est pas facultative», martelait alors Pierre-Antoine Preti, porte-parole du DIP à Genève. Dans tous les cantons, des amendes sont mêmes prévues pour les parents qui n'envoient pas leurs enfants à l'école sans juste motif.

Ton opinion

89 commentaires