Grande-Bretagne: Les conservateurs en tête des législatives
Actualisé

Grande-BretagneLes conservateurs en tête des législatives

Le parti de David Cameron a créé la surprise en sortant en tête des législatives britanniques, frisant la majorité absolue, selon un sondage sortie des urnes.

David Cameron est bien placé pour effectuer un second mandat en tant que Premier ministre britannique.

David Cameron est bien placé pour effectuer un second mandat en tant que Premier ministre britannique.

Selon l'enquête, réalisée auprès de 22'000 électeurs pour les chaînes nationales de télévision, les Tories sont crédités de 316 sièges sur les 650 que compte la Chambre des communes, tandis que les travaillistes d'Ed Miliband en obtiendraient 239. Si ces chiffres sont confirmés, cela constituera un des plus mauvais scores pour le Labour.

«Il s'agira aussi pour les conservateurs d'un résultat dépassant toutes les prévisions», a commenté Tony Travers, politologue à la London School of Economics (LSE). Jusqu'à la veille des élections, les deux grands partis, qui gouvernent le Royaume-Uni en alternance, étaient donnés au coude-à-coude dans les intentions de vote.

«Les conservateurs ont clairement remporté ce scrutin», si le sondage est exact, s'est félicité Michael Gove, l'un des chefs du groupe conservateur aux Communes.

Brexit

David Cameron, 48 ans, pourrait prendre la tête d'un gouvernement minoritaire, avec le soutien au cas par cas d'autres partis, ou négocier une alliance plus formelle. Il aurait également la voie libre pour organiser d'ici 2017 le référendum qu'il a promis sur le maintien ou pas du Royaume-Uni dans l'Union européenne. La perspective d'un «Brexit», pour «British exit», inquiète les partenaires de Londres.

La prudence était toutefois de mise dans l'attente des résultats définitifs vendredi dans la journée, en raison d'une marge d'erreur de plus ou moins 3% et surtout du fait que toutes les enquêtes d'opinion n'ont cessé depuis le début de l'année de prédire un coude à coude entre les conservateurs et les travaillistes d'Ed Miliband.

Après ces premières estimations, la livre sterling est montée à un plus haut d'une semaine.

Raz-de-marée des nationalistes écossais

Autre fait marquant du scrutin, le parti national écossais (SNP) est crédité de 58 des 59 sièges réservés à l'Ecosse. Il multiplierait ainsi par plus de neuf le nombre de ses députés à la Chambre des Communes par rapport à 2010.

Le travailliste Ed Balls a évoqué une «nuit terrible en Ecosse» pour son parti, si ces chiffres se confirmaient. La région constituait un bastion traditionnel du Labour.

Les libéraux-démocrates, qui gouvernaient avec les conservateurs depuis cinq ans, voient quant à eux le nombre de leurs députés s'effondrer de 56 dans la précédente législature à 10. «Leur existence en tant que parti est sérieusement menacée», a souligné Patrick Dunleavy, un autre politologue à la LSE. Selon lui, Nick Clegg, le chef de la formation de centre-gauche, vice-premier ministre, «est fini».

Enfin, le parti de l'indépendance du Royaume-Uni (UKIP), desservi par le mode de scrutin, conserve 2 sièges, en dépit de sondages qui le plaçaient à 14% des intentions de vote.

Le parti europhobe, qui prône une sortie immédiate de l'UE, était arrivé en tête l'an dernier aux élections au Parlement européen. Son dirigeant, Nigel Farage, était menacé à South Thanet. Il a annoncé qu'en cas d'échec «il tirerait le rideau».

Un deuxième mandat pour Cameron

A contrario, «David Cameron a sensiblement accru sa stature. Il est assuré de rester premier ministre, même s'il n'a pas encore la majorité absolue», selon Patrick Dunleavy.

Lors de la campagne électorale, le premier mininstre sortant s'est appuyé sur un bilan jugé positif en matière d'emploi et de reprise économique. Il a promis de réduire l'impôt sur le revenu pour 30 millions de personnes et d'imposer de nouvelles réductions des dépenses publiques pour combler un déficit budgétaire qui représente 5% du produit intérieur brut.

Le Labour a, lui, centré sa campagne sur l'avenir du service national de santé (NHS) auquel les Britanniques sont très attachés. Il a proposé de réduire le déficit de façon moins brutale et d'augmenter l'impôt sur le revenu pour 1% de foyers fiscaux parmi les plus aisés. (ats/afp)

La livre bondit après les premières estimations

La livre sterling a atteint son meilleur niveau depuis une semaine sur le marché des changes après les sondages sorties des urnes qui donnent le parti conservateur largement en tête des élections législatives de jeudi en Grande-Bretagne.La livre a bondi de près de deux cents américains pour se négocier à 1,5430 dollar en début de séance en Australasie vendredi, soit son meilleur niveau depuis le 30 avril. Face à l'euro, la devise de sa Majesté s'apprécie à 72,90 pence, également un plus haut depuis la fin avril, contre 73,88 auparavant.

Nick Clegg sauve son siège

Le chef des libéraux-démocrates a sauvé in extremis son siège dans sa circonscription de Sheffield Hallam. Son parti a en revanche subi une déroute, n'étant plus crédité que de 10 sièges, contre 56 en 2010.

«Il est maintenant douloureusement évident que cela a été une nuit cruelle et punitive pour les libéraux-démocrates», a déclaré le numéro deux du gouvernement après avoir été réélu pour la troisième fois avec 22'215 votes, contre 19'862 pour le travailliste Oliver Coppard.

Les libéraux-démocrates se placent en quatrième position derrière les conservateurs crédités par un sondage de sortie des urnes de 316 sièges, les travaillistes (239) et les nationalistes écossais du SNP (58).

Ton opinion