Etats-Unis: Les conservateurs sont les plus grands consommateurs de pornographie
Actualisé

Etats-UnisLes conservateurs sont les plus grands consommateurs de pornographie

Telle est la conclusion d'une étude sur le comportement des américains mettant en relation la proportion de la consommation de pornographie sur internet avec les Etats plus ou moins conservateurs.

Pour tirer ces conclusions, les chercheurs de la Harvard Business School ont comptabilisé le nombre d'abonnés à des sites pornographiques entre 2006 et 2008. Ils en ont ensuite analysé les données des cartes de crédits, ainsi que les codes postaux, ceci pour 1000 foyers connectés à internet.

Et les résultats sont incroyables. Avec une moyenne à peine supérieure à 5 abonnements pour 1000 foyers, les résidents de l'Etat de l'Utah seraient les plus accros au porno. Ce dernier est pourtant connu pour avoir une forte communauté mormone et conservatrice. Paradoxalement c'est l'Etat du Montana, réputé plus souple en matière de sexualité, qui ferme la marche avec 1,92 consommateurs pour 1000 foyers.

Le phénomène du fruit défendu

La répression et l'attrait pour l'interdit seraient à l'origine de ces résultats. Et les conclusions de l'étude semblent corroborer cette hypothèse. «Ceux qui s'insurgent démesurément contre certaines choses sont souvent précisément ceux qui les consomment», a commenté le directeur de l'étude Benjamin Edelman au Journal of Economic Perspectives.

L'étude montre également qu'il est possible d'établir un parallèle entre l'achat de sexe sur internet et le conservatisme politique. Lors des dernières présidentielles, 8 des 10 Etats les plus assoiffés de porno ont voté républicain.

Citadins friands

La recherche montre également que les 27 Etats favorables à l'interdiction des mariages homosexuels affichent une consommation de pornographie en ligne 11% supérieure à la moyenne nationale.

Finalement, le sexe sur internet serait une pratique plus citadine que rurale. Les habitants des métropoles auraient 38% d'abonnement en plus que les résidents de la campagne.

Ton opinion