Actualisé 30.05.2012 à 08:58

Grèce Les conservateurs toujours en tête

Un sondage publié mercredi a confirmé l'avance des conservateurs à moins de trois semaines des nouvelles élections législatives en Grèce.

Le parti de droite Nouvelle Démocratie, favorable aux plans européens de soutien, conserve son léger avantage dans les intentions de vote, selon un sondage publié mercredi par l'institut GPO, à moins de trois semaines des nouvelles élections législatives en Grèce. Il devance la coalition de la gauche radicale Syriza.

Face à la situation de blocage intégral issu des législatives du 6 mai, la Grèce n'a eu d'autre choix que de se préparer à de nouvelles élections, fixées au 17 juin prochain.

Six semaines après s'être déjà rendus aux urnes, les Grecs retrouveront le chemin des bureaux de vote sous le regard anxieux de leurs partenaires européens et des marchés financiers.

Selon le nouveau sondage réalisé pour Mega TV, Nouvelle Démocratie arriverait en tête avec 23,4 % des suffrages, tandis que Syriza, qui rejette l'austérité liée à cette aide financière, obtiendrait 22,1 % des voix.

Soutien

Les deux partis sont en léger recul par rapport aux derniers sondages publiés samedi, mais Nouvelle Démocratie conserve sa courte avance.

Les socialistes du PASOK, également partisans des plans de renflouement, restent à la traîne avec 13,5 % des voix.

Dans ce même sondage, 80,9 % des Grecs se disent eux favorables au maintien de l'euro, mais 77,8 % rejettent les programmes d'austérité (baisse des salaires et des pensions de retraite, coupes drastiques dans les budgets, réduction des effectifs de la fonction publique) qui accompagnent le plan de soutien de l'Union européenne, du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque centrale européenne (BCE).

300 sièges au total

Avec les socialistes du PASOK, les conservateurs pourraient eux constituer une coalition disposant d'une majorité comprise entre 11 et 16 députés sur les 300 élus de la Vouli, le parlement monocaméral, si ces intentions de vote se confirmaient dans les urnes.

Compte tenu de la prime de 50 députés attribuée au parti qui émergera en tête le 17 juin, l'ordre d'arrivée pourrait être décisif pour constituer une majorité au Parlement.

Nouvelle Démocratie et Syriza étaient donnés au coude à coude jusqu'à la publication samedi de cinq études donnant la première en tête.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!