Les Conservatoires de Fribourg et Sion rattachés à Lausanne

Actualisé

Les Conservatoires de Fribourg et Sion rattachés à Lausanne

L'enseignement professionnel de la musique des conservatoires de Fribourg et de Sion sera rattaché à celui de Lausanne.

Vendredi, les cantons du Valais et de Fribourg ont chacun signé un accord avec Vaud, ce qui permettra à leurs élèves de recevoir des titres HES.

Les classes professionnelles du Conservatoire de Fribourg et du Conservatoire supérieur et Académie de musique Tibor Varga (CSAMTV) seront placées sous la responsabilité du Conservatoire de Lausanne. Dès septembre, les élèves seront immatriculés à Lausanne et les enseignants engagés par l'institution lausannoise. Les cours resteront dispensés dans les locaux fribourgeois et valaisans.

«Conservatoire de niveau européen»

«Nous pouvons, à trois cantons, créer un conservatoire de niveau européen», a déclaré Anne-Catherine Lyon. La conseillère d'Etat vaudoise en charge du département de la formation, de la jeunesse et de la culture a évoqué «un moment extrêmement important pour Vaud et son conservatoire».

Les conventions, signées par les conseillers d'Etat Isabelle Chassot et Claude Roch, prévoient que les coûts de cet enseignement décentralisé seront supportés respectivement par les cantons de Fribourg et du Valais. Les signataires envisagent une opération quasiment neutre pour leur institution. M. Roch précise néanmoins que le Valais verra sa participation augmenter de 300 000 francs.

Diplômes reconnus

Cette solution permet d'offrir aux élèves des deux cantons des diplômes reconnus. En 2004, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP) avait refusé d'octroyer aux Conservatoires de Fribourg et de Sion la reconnaissance de leurs filières professionnelles en tant que Haute Ecole de musique (HEM). Leur masse critique avait été jugée insuffisante.

Le Conservatoire de Lausanne, institution reconnue HEM, est autorisé à délivrer des titres HES. Le passage des classes professionnelles de Fribourg et Sion sous la direction pédagogique et administrative de Lausanne leur permet d'obtenir le même statut.

Maintien des spécialités

«C'est une chance pour Fribourg», estime Isabelle Chassot. La conseillère d'Etat se réjouit en outre du fait que la musique sacrée, spécificité du conservatoire fribourgeois, continuera d'y être enseignée. Quant au CSAMTV, il maintiendra son enseignement des cordes, du piano et de l'accordéon. Claude Roch considère que «la complémentarité fait la force de cette Suisse romande».

Les cantons de Fribourg et du Valais délègueront chacun un représentant au Conseil de fondation du Conservatoire de Lausanne. En tant que fondation de droit privé, cette institution n'est pas directement partie à la convention. Elle a toutefois accepté le mandat confié par le canton de Vaud.

L'intégration des classes sédunoises et fribourgeoises augmentera sensiblement le nombre des étudiants du Conservatoire de Lausanne, qui passera de 360 à environ 500.

(ats)

Ton opinion