21.10.2020 à 11:39

SuisseLes consommateurs veulent un indice de réparabilité

Les consommateurs se disent prêts à payer plus cher pour un produit offrant des garanties spécifiques de réparabilité. Ils sont aussi favorables à une interdiction de vente pour certains produits non réparables.

Le fait qu’un appareil ménager ait une longue durée de vie joue un rôle décisif ou important dans leur choix d’un achat.

Le fait qu’un appareil ménager ait une longue durée de vie joue un rôle décisif ou important dans leur choix d’un achat.

KEYSTONE

Les consommateurs suisses aimeraient un système d’étiquetage qui évalue la réparabilité des appareils électroménagers ou électroniques. Ils souhaitent aussi des produits réparables et qui durent plus longtemps, même si cela coûte plus cher, selon une enquête de l’Alliance des organisations de consommateurs.

Seules 2% des personnes interrogées sont opposées à un indice de réparabilité tandis que 98% d’entre elles y sont favorables, a indiqué l’Alliance des organisations des consommateurs mercredi dans un communiqué. 96% de ces personnes seraient prêtes à payer plus cher pour un produit offrant des garanties spécifiques de réparabilité, contre 38% qui ne seraient prêtes à payer qu’un léger surcoût.

Le fait qu’un appareil ménager ait une longue durée de vie joue un rôle décisif (64% des sondés) ou important (35%) dans leur choix d’un achat. Seul 1% considère que ce facteur est secondaire. Un indice de réparabilité selon des critères objectifs serait un facteur décisif (58%) ou important (39%) pour la majorité, d’après l’enquête.

97% des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà dû jeter au moins une fois un appareil encore en bon état, simplement parce que les coûts de réparation étaient trop élevés ou que les pièces détachées n’étaient pas disponibles. 34% ont déclaré que cela s’était produit «plusieurs fois». 77% seraient favorables à une interdiction de vente pour certains produits non réparables, écrit l’Association des organisations des consommateurs.

Faire évoluer la législation

Pour cette enquête, 2665 personnes de toute la Suisse ont été interrogées au cours des trois dernières semaines. Ces données concrètes sur les attentes des consommateurs vont permettre à l’Alliance des organisations des consommateurs de porter de nouvelles demandes à Berne et de faire évoluer la législation lors des prochaines sessions parlementaires, lit-on dans le communiqué.

L’Alliance des organisations des consommateurs comprend la Fédération romande des consommateurs (FRC), la Stiftung für Konsumentenschutz et l’Associazione consumatrici e consumatori della Svizzera italiana (ACSI).

Après que l’Union européenne a introduit un «droit à la réparation», la France sera le premier pays à instaurer dès 2021 un indice de réparabilité. Les téléphones et ordinateurs portables, les téléviseurs, les machines à laver et les tondeuses à gazon porteront des étiquettes qui indiqueront le degré de réparabilité des objets selon des critères objectifs.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!