Actualisé 23.03.2016 à 18:52

OFAGLes contrôles des vins doivent être plus stricts

L'Office fédéral de l'agriculture veut moderniser le système de contrôle afin que certaines fraudes ne passent plus entre les mailles du filet.

L'OFAG propose notamment d'accroître l'efficacité du contrôle des vendanges, effectué par les cantons, par des supports informatiques appropriés et des contrôles ciblés.

L'OFAG propose notamment d'accroître l'efficacité du contrôle des vendanges, effectué par les cantons, par des supports informatiques appropriés et des contrôles ciblés.

photo: Keystone

Les contrôles dans le secteur viticole doivent être améliorés. En raison de procédures hétérogènes, certaines fraudes passent entre les mailles du filet.

L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) veut moderniser le système de contrôle des vins. Il est lacunaire et doit être adapté aux conditions qui prévalent aujourd'hui dans l'économie viticole, indique mercredi l'OFAG.

Système à unifier

Le système doit être unifié. Les contrôles sont actuellement effectués par plusieurs organes cantonaux et fédéraux, chacun fonctionnant selon ses propres règles et procédés. Ces organes doivent être remplacés par un seul qui centralisera les informations.

L'OFAG propose d'accroître l'efficacité du contrôle des vendanges, effectué par les cantons, par des supports informatiques appropriés et des contrôles ciblés. Les échanges d'informations entre les autorités cantonales et fédérales, qui assurent le contrôle du commerce, sont nécessaires au bon fonctionnement du système, selon l'OFAG.

La surveillance exercée par la Confédération doit être plus systématique. Il s'agit de veiller à l'avenir à ce que le contenu de la bouteille de vin corresponde vraiment à ce qui figure sur l'étiquette, précise l'OFAG.

Approbation de la branche

L'interprofession de la vigne et des vins suisses (IVVS) approuve les propositions de l'OFAG. Estimant le système actuel efficace, l'IVVS relève que le contrôle en Suisse est permanent et qu'il couvre la totalité de la durée de l'activité.

Une grande partie des irrégularités relevées par le Contrôle suisse du commerce des vins provient des amateurs, a indiqué l'IVVS. Ils n'ont pas suivi de formation de base et ne connaissent parfois pas les prescriptions légales.

L'Association suisse du commerce des vins (ASCV) salue une «évolution constructive». D'après elle, les propositions de l'OFAG permettent de renforcer la crédibilité du secteur. L'association critique toutefois le fait que toutes les exploitations soient systématiquement suspectées. En effet, il est prévu d'étendre le contrôle à la comptabilité d'entreprise et à la comptabilité générale d'une exploitation. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!