Actualisé 03.06.2011 à 13:18

Tunisie/naufrageLes corps de plus de 120 migrants repêchés

Quelque 123 corps de migrants qui avaient disparu jeudi au large des côtes tunisiennes après un naufrage ont été récupérés et entreposés à la morgue de Sfax (sud).

Au moins 120 corps de migrants fuyant la Libye et portés disparus jeudi au large des côtes tunisiennes après un naufrage ont été récupérés et entreposés à la morgue de Sfax (sud), a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Un responsable du Croissant Rouge tunisien sur place, Moez Barkallah, a affirmé à l'AFP que 123 corps avaient été repêchés sur plus de 200 portés disparus.

A Genève, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a assuré de son côté que 150 corps avaient été retrouvés, selon un bilan du même Croissant Rouge.

«Le Croissant Rouge tunisien a confirmé jeudi qu'il y avait encore des corps dans l'eau et que des opérations de repêchage étaient en cours», explique l'OIM dans un communiqué de presse.

«Il a également indiqué que 150 personnes, majoritairement originaires d'Afrique sub-saharienne, sont morts et que leurs corps ont été transportés à l'hôpital de Sfax», ajoute-t-elle.

Ces migrants tentaient de rejoindre l'île italienne de Lampedusa à bord d'un chalutier. Leur embarcation est tombée en panne mardi à 20 miles (36 km) des îles tunisiennes de Kerkennah (sud), mais de mauvaises conditions météo ont retardé les secours.

Le bateau de pêche surchargé a finalement chaviré sous le poids des passagers après des bousculades pour tenter de monter à bord des petits bateaux de sauvetage dépêchés par les autorités, selon l'agence officielle TAP.

Près de 600 personnes ont pu être secourues, et plus de 200 étaient jusqu'ici portées disparues.

Les migrants rescapés sont peu à peu transférés vers le camp de réfugiés de Choucha (sud), situé à proximité de la la frontière tuniso-libyenne, à plus de 300 kilomètres de Sfax. Environ 400 seront ainsi transférés aujourd'hui (vendredi) par les militaires tunisiens de Sfax au camp de Choucha, selon l'OIM.

(afp)

Nouveaux tirs de passeurs contre une patrouille grecque

Une patrouille grecque a essuyé des tirs provenant de la rive turque alors qu'elle arrêtait vendredi un passeur turc qui venait de faire traverser à onze migrants irréguliers le fleuve Evros marquant la frontière, a indiqué une source policière.

L'incident s'est produit à l'aube, près du village de Heimonios, dans le nord-est de la Grèce, une zone devenue l'une des principales portes d'entrée des migrants irréguliers dans l'Union européenne, selon la même source.

Le 20 mai, des passeurs avaient également tiré de la rive turque sur une patrouille gréco-allemande de l'Agence européenne de surveillance des frontières Frontex.

Vendredi, les policiers grecs ont été visés, sans blessés, probablement par un complice du passeur qu'ils arrêtaient, et qui a tiré à trois reprises avec une arme de poing, a indiqué cette source policière. La patrouille a riposté.

Les migrants, des Somaliens et Marocains, et leur passeur turc doivent être déférés devant le procureur local.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!