Marche des fiertés - Les couleurs arc-en-ciel déferlent sur Genève
Publié

Marche des fiertésLes couleurs arc-en-ciel déferlent sur Genève

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé au bout du lac lors de la marche des fiertés pour revendiquer l’égalité pour tous et toutes.

par
Maria Pineiro

Drapeaux arc-en-ciel par centaines, calicots tantôt drôles tantôt provocateurs, tambours ou encore musique rugissant des enceintes. Samedi après-midi, la Marche des fiertés romande a pris Genève d’assaut. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, 25’000 selon les estimations de la police, au moins 30’000 d’après les organisateurs, ont participé au défilé, point d’orgue de la Geneva pride. Membres de la communauté LGBTIQ+ ou soutiens, ils ont revendiqué les mêmes droits pour toutes et tous, quelle que soit l’orientation sexuelle ou le genre.

Jeunesse hyperactive

Le cortège s’est ébranlé avec une bonne demi-heure de retard. il fallait bien attendre les centaines de retardataires qui affluaient vers le palais Wilson. Fortement encadré par la sécurité interne, la police et les secours sanitaires, il a fait grande place à la jeunesse. A l’avant du défilé, ce n’étaient que selfies, poses pour les photographes et danses et chants endiablés. Nelia, Chloé, Célestin et Béatriz, quatre jeunes gymnasiens vaudois, sont venus ensemble. Tous ne font pas partie de la communauté, mais ils soutiennent ses revendications. «On fait partie de la société, on est là, pas différents», souligne Béatriz. «Nous sommes ici pour dire qu’on existe, pour que les gens votent oui au mariage pour tous», poursuit Célestin. Leur amie Chloé appuie: «Je suis trop contente qu’il y ait du monde, c’es important. Nous sommes tous faits du même amour!»

LGBTIQ+ et soutiens

Cette année, alors que le peuple se prononcera le 26 septembre sur le mariage pour tous, l’échéance était de toutes les pancartes et sur toutes les lèvres. Simone, venu en famille, est présent «en lien avec la votation. Il faut faire sauter les catégories de genre et autres». S’éloignant avec son fils, il précise, fier et souriant: «Je tenais à ce qu’il vienne avec nous. C’est sa première pride.» Croisés un peu plus loin, sur le pont du Mont-Blanc, Maxime et Clément brandissent fièrement une pancarte: «Grouillez-vous, j’ai déjà ma robe.» Ce dernier dit surtout «vouloir avoir le choix de se marier ou pas. Le mariage pour tous n’est qu’un pas, mais c’est un pas important». Maxime, lui, se réjouit de constater que la marche des fiertés a réuni au-delà de la communauté LGBTIQ+. «C’est important que tout le monde soutienne ces revendications. Plus il y a de monde, plus les choses avanceront.»

Changer le monde

Dans le défilé, de nombreuses personnes étaient en effet venues en soutien, entre amis ou en famille. Comme Rocio, venue avec une amie de Zurich, pour affirmer sa solidarité. «L’amour est un droit humain. il faut du respect. J’ai l’espoir, avec tout cette foule, que le monde change enfin.» Marta et Maria, sont elles venues ensemble: «Nous voulions faire la fête, explique Marta, italienne établie à Genève depuis peu. Et bien sûr, supporter le mariage pour tous. C’est très beau d’être ici, je me sens libre.»

Plus de 2h30 après avoir pris le départ, débordé du pont du Mont-Blanc, puis rempli les rues basses, la marche des fiertés est arrivée au parc des Bastions aux alentours de 17h00. Là, musique et boissons attendaient les participants et participantes jusqu’à 23h. Puis trois clubs prendront le relais jusqu’à l’aube. Enfin, dimanche, brunch et thé dansant sont encore prévus pour les plus endurants.

1 / 12
Photos mpo

Ton opinion