Suisse romande: Les couples battent de l’aile à cause du Covid
Publié

Suisse romandeLes couples battent de l’aile à cause du Covid

Les HUG et les thérapeutes privés croulent sous les demandes de consultation de personnes en souffrance conjugale. Le prolongement des restrictions sanitaires est pointé du doigt.

par
lhu
A Fribourg, l’association Solidarité Femmes a été fortement sollicitée par des femmes faisant état de violences domestiques, à la fin de l’année 2020.

A Fribourg, l’association Solidarité Femmes a été fortement sollicitée par des femmes faisant état de violences domestiques, à la fin de l’année 2020.

Pixabay

Être en couple en pleine pandémie n’est pas de tout repos. Si les tourtereaux genevois ont plutôt bien vécu le premier confinement, la deuxième vague de coronavirus a, elle, eu des effets indésirables, indique la «Tribune de Genève». Depuis le mois d’octobre 2020, les Hôpitaux Universitaires de Genève enregistrent une nette augmentation des demandes de consultation de personnes en souffrance conjugale. A tel point que l’établissement de santé oriente certaines demandes vers des privés, qui commencent eux-mêmes à saturer.

Le prolongement des restrictions liées au virus est pointé du doigt par les professionnels du domaine. La sexologue Séverine Murner, citée par le journal, relève que le «trop-plein, le manque d’intimité personnelle, la difficulté de réguler la proximité et la distance sans pouvoir compter sur l’inspiration du monde extérieur» sont souvent à l’origine des rendez-vous.

Violences conjugales en hausse

A Fribourg, Solidarité Femmes a constaté une multiplication des appels téléphoniques à sa permanence à la fin de l’année 2020, rapporte «La Liberté». En novembre, leur nombre a triplé par rapport à la même période en 2019 et il a doublé au mois de décembre. Martine Lachat-Clerc, directrice de Solidarité Femmes-Centre LAVI a confié au journal que «beaucoup de ces appels venaient de femmes qui n’en pouvaient plus du climat de violence, surtout psychologique, dans lequel elles évoluaient». Du côté des autorités fribourgeoises, la police est intervenue 129 fois à la suite d’appels provenant de victimes de violences conjugales, durant le dernier trimestre de 2020.

D’après un sondage conduit par l’association, cette hausse des violences domestiques découle principalement des mesures de lutte anti-covid, qui ont engendré une augmentation du stress et des tensions au sein des familles. La responsable redoute une aggravation des cas si la situation venait à être prolongée.

Ton opinion

269 commentaires