Actualisé 04.07.2013 à 09:53

Sexe

Les coups d'un soir affectent le moral

Les jeunes ayant des rapports sexuels avec des partenaires inconnus seraient, plus que les autres, sujets à la dépression nerveuse.

de
eco
La responsable de l'étude affirme qu'autant les garçons que les filles ayant ce comportement sexuel ont traversé des périodes dépressives ou d'anxiété.

La responsable de l'étude affirme qu'autant les garçons que les filles ayant ce comportement sexuel ont traversé des périodes dépressives ou d'anxiété.

Relation sans engagement, coup d'un soir ou sexualité libre: ce que les anglophones nomment «casual sexuality» serait propice à la dépression nerveuse. Les jeunes gens ayant fréquemment des rapports sexuels avec de multiples partenaires seraient, davantage que les autres, sujets à ce mal, selon une nouvelle étude américaine, relayée par le «Daily Mail». Les auteurs de la recherche ont relevé un degré supérieur de cas d'anxiété, de phobie sociale parmi une population d'étudiants qui avaient fait l'amour avec une personne qu'ils connaissaient depuis moins d'une semaine. L'enquête a été menée dans 30 établissements universitaires des Etats-Unis auprès de 3900 sujets hétérosexuels, dont 11% - majoritairement des hommes - ont affirmé avoir eu une aventure au cours du mois précédent le moment où ils ont été interrogés.

Sentiment de culpabilité

Responsable de l'étude, la doctoresse Melina Bersamin, de l'Université d'Etat de Californie, affirme qu'autant les garçons que les filles appartenant à ce groupe minoritaire ont traversé des périodes dépressives ou d'anxiété. «Il est encore trop tôt pour conclure que ce comportement sexuel a forcément une incidence psychologique nuisible et qu'il comporte des risques pour les jeunes gens», ajoute-t-elle. «Les résultats suggèrent que, parmi ces étudiants, la liberté sexuelle était associée à un bouleversement psychologique et non au bien-être», conclut-elle.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!