Genève: «Les coups de pied dans la tête étaient violents»
Actualisé

Genève«Les coups de pied dans la tête étaient violents»

Un témoin de l'agression de ce week-end au Jardin Anglais décrit un acte lâche et gratuit.

par
Jérôme Faas
Les trois victimes étaient sur un banc quand la bande a attaqué.

Les trois victimes étaient sur un banc quand la bande a attaqué.

20 minutes / jef

«L'auraient-ils tué si je n'étais pas passé par là?» Témoin du passage à tabac survenu samedi à 1h du matin au Jardin Anglais, Luc* a été frappé par la violence et l'absurdité de l'épisode. «Au départ, je croyais à une bagarre normale entre jeunes alcoolisés. Puis j'en ai vu plusieurs sur un seul, à terre. Là je me suis dis: c'est un lynchage.»

Cette nuit-là, selon la police, six ou sept individus s'en sont pris à trois jeunes d'une vingtaine d'années assis sur un banc. Ils ont violemment frappé à la tête avec une bouteille l'un d'eux, qui a fui avec un ami. Le dernier n'a pas pu. «Il recevait des coups de pieds dans la tête. C'était violent, gratuit. Ça a peut-être duré trente secondes», raconte Luc. A son arrivée, les assaillants ont filé. «Le jeune était inconscient. Il a refait surface au bout de trois-quatre minutes et a pu se relever. Mais il était perdu, ne savait ni ce qu'il faisait là, ni avec qui il était, ni ce qui s'était passé. Il avait la bouche en sang, le nez cassé et des traces sur tout le visage.»

Luc se dit «malheureux pour le petit. Ce n'était pas un dur. Son seul tort, c'est d'être sorti ce soir-là. Il n'avait rien demandé à personne. J'espère que ça ne se reproduira pas, que les gens vont réaliser.» Ce week-end, comme souvent, plusieurs jeunes faisaient une sorte de Botellon autour du kiosque, avec bouteilles et sono. «Ce qui est aberrant, c'est que le parc n'est pas éclairé.» Aucune interpellation n'a eu lieu. La police cherche encore des témoins. Les jours des victimes ne sont pas en danger.

*Prénom d'emprunt

Ton opinion