Actualisé 22.04.2008 à 10:22

Les coûts des soins de longue durée devraient fortement augmenter

Selon des projections de l'Observatoire de la santé (Obsan), à Neuchâtel, les coûts des soins de longue durée pourraient plus que doubler d'ici à 2030 en Suisse.

La facture des établissements médico-sociaux (EMS) et des services d'aide et de soins à domicile pourraient passer de 7,3 milliards en 2005 à près de 18 milliards en 2030.

Cette hausse, liée à l'augmentation du nombre de personnes de plus de 65 et 80 ans, est en grande partie inévitable, selon l'Obsan. Toutefois, elle pourrait être freinée par l'amélioration de l'état de santé de cette population et une utilisation beaucoup plus large des services à domicile.

Population âgée en très forte hausse

De 1995 à 2005, les coûts des EMS et des soins à domicile ont augmenté de plus de 45 % en termes réels. Cette croissance est plus rapide que celle du système de santé dans son ensemble. Les coûts générés par les personnes de 65 ans et plus, qui constituent la majorité des utilisateurs, se montaient à 7,3 milliards de francs en 2005, soit 14% du total des dépenses de santé et 1,6% du PIB, selon l'Obsan.

Selon les projections de l'Office fédéral de la statistique (OFS), la population de 65 ans et plus va passer de 1,2 millions en 2005 à 2 millions de personnes en 2030, soit une hausse de deux tiers. L'augmentation de la population âgée de 80 ans et plus est encore plus rapide: elle passera de 340'000 à quelque 625'000 personnes, soit presque un doublement en 25 ans.

Etendre les soins à domicile

Selon l'Obsan, les projections à 2030 indiquent que les coûts des soins de longue durée pourraient atteindre près de 18 milliards (à prix constants de 2005). Ils représenteraient 2,8% du PIB. Les coûts des EMS (15 milliards) atteindraient alors près de 80% des coûts totaux.

L'amélioration de l'état de santé des personnes âgées est possible, selon l'Obsan, avec de programmes de prévention et de maintien de l'autonomie. Encourager le recours aux services d'aide et de soins à domicile pourrait permettre de réduire le nombre de résidants des EMS. Avec un substitution de 50 % entre les deux formes de soins, les coûts pourraient être abaissés d'environ 2 milliards par rapport au scénario de référence. Selon l'Obsan, atteindre un tel degré de substitution exige d'introduire des changements structurels et une politique volontariste. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!