Neuchâtel: Les créanciers de Cressier ne toucheront que 10%
Actualisé

NeuchâtelLes créanciers de Cressier ne toucheront que 10%

Le détail de la transaction financière ayant conduit au rachat de la raffinerie a été dévoilé lors d'une assemblée vendredi.

par
ats
Le site a été vendu pour 30 millions de francs en mai dernier.

Le site a été vendu pour 30 millions de francs en mai dernier.

Trente millions de francs. Telle est la somme pour laquelle a été vendue la raffi­nerie de Cressier (NE) à Varo Energy, au mois de mai dernier. Le montant ne profitera toutefois que peu aux créanciers touchés par la débâcle de janvier. Après remboursement de divers engagements ban­caires prioritaires, les créditeurs restants n'ont que 10% à se partager. Ce taux équivaut à un montant de quelque 11 millions de francs, pour des prétentions reconnues d'environ 100 millions.

Les 30 millions de francs ont notamment permis de régler l'achat de la raffinerie et de ses équipements, soit Petroplus Cressier (qui a encaissé 22 millions). La transaction comprenait encore l'oléoduc amenant le pétrole depuis le terminal de Fos-sur-Mer, près de Marseille. Un stock de pétrole appartenant à la maison mère Petroplus Marketing, à Zoug, a par ailleurs été acquis pour 34 millions de francs. Cette dernière somme a servi à payer les ­banques créancières de l'entité zougoise, tombée dans une grave crise de liquidités il y a un an maintenant.

Sur les 64 millions encaissés au total, 12 millions de francs sont finalement allés renflouer l'actif de Petroplus Cressier. Le solde a notamment été destiné au remboursement d'un prêt de 10 millions. Celui-ci avait été versé par la maison mère pour assurer la maintenance, après l'arrêt des installations en janvier, et les salaires des employés. Pour rappel, l'entreprise a pleinement redémarré à la fin de juillet, après son rachat.

Ton opinion