Actualisé 11.11.2008 à 19:36

ZURICH

Les criminels font bien, d'éviter d'entrer en Suisse

Depuis sa mise en service, le système d'information Schengen donne pleinesatisfaction.

Fin 2008, la Suisse entrera dans l'espace Schengen. Les contrôles d'identité aux frontières entre les 25 pays signataires européens seront supprimés. Introduit le 14 août dernier, le système d'information Schengen (SIS), une super-base de donnée informatique regroupant les personnes recherchées, interdites d'entrée en Europe ou encore les objets volés, se révèle très efficace. En trois mois, 20 criminels recherchés sur le plan international ont été arrêtés, 55 disparus ont été identifiés et 559 objets volés ont été saisis.

«Il semble que le taux de réussite du SIS en Suisse soit meilleur que dans le reste de l'Europe», déclare Benoît Scherer, directeur du bureau de contact SIS. «Une des raison est que chaque demande via le SIS est faite également dans la base de donnée suisse RIPOL.»

Chaque jour, 130 000 interrogations du système sont effectuées. Les réponses sont souvent positives. «Nous espérons que cela dissuade les criminels de venir en Suisse», ajoute Benoît Scherer lors du congrès suisse d'informatique policière à Zurich.

Le 13 octobre dernier, par exemple, les gardes-frontière de Thônex-Vallard, près de Genève ont interpellé des parents accusés d'avoir enlevé une année auparavant leurs trois enfants du foyer où ils avaient été placés en Belgique.

jbm/Gaudenz Looser

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!