Actualisé 15.05.2011 à 08:14

Bâle Campagne

Les criminels seront surveillés par satellites

Une technologie pour surveiller les délinquants en semi-liberté grâce à leurs GPS sera utilisée dans quelques semaines par les autorités de Liestal (BL). Le reste de la Suisse va emboîter le pas.

de
rga
Grâce aux GPS, des délinquants en semi-liberté jugés dangereux pourront bientôt se mouvoir librement à l'extérieur des prisons, tout en respectant des consignes précises édictées par la justice

Grâce aux GPS, des délinquants en semi-liberté jugés dangereux pourront bientôt se mouvoir librement à l'extérieur des prisons, tout en respectant des consignes précises édictées par la justice

Le nouveau GPS, dont seront munis les criminels particulièrement violents évoluant en semi-liberté à Bâle Campagne, n'est pas plus grand qu'une souris d'ordinateur. Il émet constamment la position exacte de celui qui est contraint de le porter sur soi. «Avec cet appareil, la justice vise avant tout les délinquants sexuels », explique Urs Suter, responsable de la section de la police cantonale qui s'occupe du monitoring électronique.

De tels émetteurs sont déjà en usage aux Etats-Unis où les pédophiles en sont munis. L'Espagne les a déjà introduits il y a plusieurs années. Grâce à cette innovation technologique, les autorités espagnoles sont parvenues à réduire de moitié le nombre de meurtres commis à l'endroit de femmes. Bâle Campagne veut suivre ces exemples et introduira le système d'ici quelques semaines, selon le «Sonntags Blick».

Il fonctionne de la manière suivante: le délinquant à risque est équipé d'un GPS qui indique à la centrale, via satellite et une liaison radio, la position exacte du porteur de cet appareil. Celle-ci contrôle si le condamné s'en tient aux règles édictées par la police. Il n'a pas le droit, par exemple, de quitter certains secteurs urbains ou de s'approcher de jardins d'enfants ou d'écoles. Si le détenu ne respecte pas ces consignes, une alarme générale est déclenchée. Le premier GPS, fabriqué par l'entreprise Securiton de Zollikofen (BE), a été remis au département de la sécurité de Bâle Campagne la semaine dernière.

Le système GPS doit être distingué d'un autre – la surveillance électronique - déjà appliqué dans sept cantons suisses, dont Vaud, Genève et Tessin. Il s'agit d'un système qui permet de savoir, entre autres, si une personne quitte son domicile de nuit. Grâce au GPS, il sera dorénavant possible de connaître l'emplacement exacte du porteur à n'importe quelle heures du jour et de la nuit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!