Actualisé 13.07.2007 à 08:24

Les défenseurs du squat manifestent dans le calme

GENEVE – Un millier de personnes se sont rassemblées hier soir pour soutenir Rhino. Une menace d'évacuation plane sur le squat.

«Zappelli hors la loi! Evacuons-le» De nombreuses pancartes s'en prennent au procureur général. «Nous appelons à sa démission!» lance au micro Maurice Pier, du collectif Rhino. Le ton est donné. «Daniel Zappelli est en train de violer la loi, s'inquiète le président des Verts, Antonio Hodgers. Il compte évacuer Rhino sans jugement d'évacuation.» Même discours du côté des socialistes: «Il est inadmissible de pratiquer ce genre de méthodes en pleine crise du logement, s'offusque Laurence Fehlmann Rielle, présidente du parti. Nous soutenons Rhino comme lieu de vie alternative et culturelle.»

Dès 18 h, les sympathisants se sont rassemblés autour de la corne au milieu des deux rues, bloquant la circulation. La police, discrète, était présente dans les ruelles alentours et devant le squat de la Tour. L'ambiance était détendue. On mangeait, on buvait, on discutait au milieu de la route. Le DJ était aux platines. Seule ombre au tableau: une disco mobile a été confisquée par la police, pour éviter de troubler l'ordre public», explique Patrick Pulh, porte-parole de la police. A 21 h 30, beaucoup étaient rentrés. Mais ceux qui étaient encore là n'étaient pas prêts de partir. En cas d'évacuation – prévue lundi selon la rumeur – les 80 habitants du squat Rhino ont pris des mesures. «La population est invitée à passer la nuit de dimanche minuit à lundi midi dans nos murs, a indiqué Maurice Pier. Venez donc passer des vacances à Rhino!»

Sabrine Gilliéron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!