Actualisé 30.06.2020 à 17:48

L’état de Vaud s’allie à QoQa

Les députés acceptent d’investir 15 millions dans le plan «WelQome»

Le plan de relance post-coronavirus «WelQome», né de l'alliance entre le canton et la société de vente en ligne QoQa, a suscité discussions et critiques, avant d'être largement accepté.

De gauche a droite, Pascal Meyer, directeur de Qoqa, la conseillere d'Etat vaudoise Nuria Gorrite, le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba.

De gauche a droite, Pascal Meyer, directeur de Qoqa, la conseillere d'Etat vaudoise Nuria Gorrite, le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba.

keystone-sda.ch

Le Grand Conseil vaudois a accepté mardi d'investir 15 millions de francs dans

Lancée mardi dernier, la plateforme WelQome permet au client qui achète une prestation de bénéficier, grâce à l'aide de l'Etat, d'un rabais de 20%. Le prestataire recevra pour sa part une plus-value de 10%. L'objectif: stimuler la consommation et la reprise au bénéfice d'acteurs locaux des secteurs du tourisme, de la viticulture, de la restauration, de l'hôtellerie et des loisirs, a rappelé Philippe Leuba, ministre en charge de l'économie.

Les députés avaient eu vent de l'opération par un communiqué diffusé pendant leur séance mardi dernier. Plus d'un a été outré par ce manque de respect des procédures. «Le gouvernement nous met devant le fait accompli. On traite par-dessus la jambe le processus démocratique», a regretté Jérôme Christen du groupe PDC Vaud libre.

Situation d'urgence

Philippe Leuba a ainsi dû faire face à un feu de questions. Il s'est platement excusé d'avoir bousculé la procédure, arguant de l'urgence de la situation. «Il s'agit de l'intérêt de milliers de commerçants qui attendent de savoir s'ils pourront survivre à cette crise», a-t-il rappelé.

Et de souligner qu'après six jours, le succès est au rendez-vous: 15% du fonds de soutien est déjà redistribué. D'autres cantons trouvent ça fantastique, a-t-il expliqué.

L'opération a également reçu un soutien dithyrambique du socialiste Stéphane Montangero. «C'est une belle action de relance économique, solide, qui mérite d'être soutenue, alors que l'on sort d'une crise économique majeure».

«Le Conseil d'Etat a eu une idée excellente, géniale, en raison de la valorisation des acteurs locaux», a renchéri le député UDC Philippe Jobin, même s'il s'en était offusqué la semaine précédente. Le processus est lancé, on ne peut plus s'y opposer, a-t-il par ailleurs constaté.

Protection des données

Les bémols ont notamment concerné la protection des données détenues par Qoqa. A gauche, notamment, on s'est inquiété de leur stockage chez Amazon Europe.

Par ailleurs, les partenaires de l'opération doivent certifier dans une charte qu'ils tiennent compte du climat, de l'environnement et qu'ils encouragent la mobilité douce et les transports publics. «Comment sera vérifiée la mise en pratique?», se sont inquiétés le Vert Pierre Zwahlen et l'UDC Yves Cuérel.

«La charte est une déclaration sur l'honneur, Il n'est pas prévu un bataillon de contrôleurs», a répondu le ministre.

Pourquoi Qoqa?

Prétendre que seule Qoqa peut mener à bien cette action, c'est faire fi de tous les collaborateurs de la direction du numérique et des services de l'information de l'Etat de Vaud (DNSI), a déploré Vincent Keller (Ensemble à gauche-POP).

Qoqa est la seule plate-forme à être opérationnelle dans des délais aussi brefs. La DGNSI, voire l'EPFL n'auraient pu être prêts avant six mois, ce qui est bien trop tard, a répondu le conseiller d'Etat.

Le PLR Seguei Aschwanden a de son côté déploré que la mesure ne permette pas d'aider l'hôtellerie, qui en a grandement besoin. Une réaction comprise par le ministre.

Ce dernier a précisé que Qoqa ne recevait pas un franc d'aide cantonale. Sur les quelques 400'000 francs que recevra la société, 160'000 servent à payer une partie de l'adaptation du dispositif informatique, le reste étant financé par Qoqa. Les 240'000 francs restants serviront à payer le personnel engagé par Qoqa pour aider les PME vaudoises à lancer leurs actions sur internet.

Aide aux locataires close

Au vote, le décret a été largement adopté par 104 voix pour et cinq contre. Dix-huit députés se sont abstenus en signe de mauvaise humeur.

Le montant de 15 millions de francs est prélevé sur le capital du fonds cantonal de lutte contre le chômage. Il est devenu disponible suite à la clôture des mesures d’aide aux locataires et aux bailleurs. Seuls deux millions ont en effet été utilisés sur les 20 prévus à cet effet.

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
49 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Maurice

01.07.2020 à 20:55

Quelle belle initiative et travaillant dans le domaine bluffé par la rapidité et la qualité de l’outil et son expérience. De belles offres et me réjouis de découvrir certains restos proches de chez moi.

Commerçant

01.07.2020 à 20:45

C'est assez affligeant de lire le niveau des commentaires! On a ici une société qui se défonce, qui investit de l'argent et des ressources pour aider et qui se fait descendre par des gens qui apparemment sont des experts... Au lieu de féliciter ce qui a été fait et d'applaudir le fait qu'une société comme qoqa investisse pour aider, on assiste à lynchage complètement inadmissible ! C'est triste, au lieu de féliciter le travail accompli, on préfère tout descendre. Triste monde! Bravo les loutres, bravo qoqa, au moins vous faites des choses! Les gens qui critiquent n'ont pas bougé de derrière leur écran et c'est triste. Continuez à aider comme vous l'avez fait avec direqt et comme vous le faites aujourd'hui.

Madeleine

01.07.2020 à 20:34

dès le début de la crise Leuba a montré son manque de vision, cela va continuer, on aurait dû s'en douter en votant pour un footballeur. on a ce qu'on mérite.