Ukraine: Les députés en viennent encore aux mains
Actualisé

UkraineLes députés en viennent encore aux mains

De nouvelles bagarres entre des députés d'opposition et ceux du parti au pouvoir ont éclaté jeudi, pour la deuxième journée consécutive, au Parlement ukrainien.

Plusieurs dizaines de parlementaires se sont violemment battus sur le perchoir de l'hémicycle, après que l'opposition a réclamé que soit respecté le vote personnel de chaque député au sein du Parlement ukrainien, qui a lieu de manière électronique.

Bien que la Constitution et la loi obligent les parlementaires à voter personnellement, plusieurs députés le font souvent à la place d'autres membres de leur formation politique, absents lors des sessions.

Alors que des députés pro-gouvernementaux tentaient de repousser les opposants qui bloquaient le perchoir, d'autres grimpaient sur les bureaux des dirigeants du Parlement, avant de sauter sur leurs adversaires.

Klitschko reste en retrait

Le célèbre boxeur ukrainien Vitali Klitschko, champion du monde des lourds, et dont le parti d'opposition est entré pour la première fois au Parlement aux législatives du 28 octobre, s'est prononcé en faveur du blocage du Parlement par les opposants, mais s'est abstenu de participer aux bagarres.

«Aux Etats-Unis, les poings des boxeurs sont considérés comme des armes. Et les poings d'un champion du monde peuvent être considérés comme une arme nucléaire. Je pense que nous n'allons pas l'utiliser pour le moment», a-t-il dit, cité dans un communiqué de son parti Udar («coup» en ukrainien).

Au moins un député d'opposition a eu des hématomes sur le visage après avoir été jeté par terre et avoir reçu des coups de poings et de pieds de la part de députés du Parti des régions au pouvoir, selon l'agence Interfax.

Maux nécessaires

«Oui, je me suis pris des coups de poings et de pieds, mais ça arrive. S'il le faut, on va à nouveau bloquer la tribune», a lancé ce parlementaire Oleg Medounitsa, cité par Interfax.

«On ne peut pas agir autrement que par la force avec ces filous» du Parti des régions, a-t-il poursuivi. Lors des bagarres, cinq bureaux attribués aux députés d'Udar ont par ailleurs été endommagés, selon Interfax.

Après une pause, la session plénière a repris dans une ambiance chaotique, des opposants se mettant à scander en masse des propos tels que «dehors les traîtres» lors des discours de parlementaires pro-gouvernementaux. (afp)

Mykola Azarov reconduit au poste de Premier ministre

Le Parlement ukrainien a entériné jeudi lors d'une session houleuse la reconduction du Premier ministre démissionnaire Mykola Azarov, un bureaucrate fidèle au président Viktor Ianoukovitch. Un total de 252 députés ont soutenu sa candidature contre un minimum requis de 226.

Il s'agit de parlementaires du Parti des régions de M. Ianoukovitch (208 voix), des communistes (32 voix) et de 12 députés indépendants de cette assemblée monocamérale qui compte 450 sièges.

Le vote sur la candidature de M. Azarov, qui devait avoir lieu mercredi, avait été repoussé suite à de violentes bagarres dans l'hémicycle entre députés d'opposition et ceux du parti au pouvoir, qui se sont poursuivies jeudi, et du blocage de la tribune et du perchoir.

Les trois formations d'opposition - l'alliance Batkivchtchina proche de l'ex-Première ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, le parti Udar du célèbre boxeur Vitali Klitschko et le mouvement nationaliste Svoboda, qui comptent ensemble plus de 170 députés - ont annoncé ne pas avoir voté pour M. Azarov.

«La politique du Parti des régions dont M. Azarov est un représentant est anti-ukrainienne, anti-sociale et anti-démocratique», a lancé un député de Svoboda, expliquant la position de son parti.

De son côté, M. Azarov a appelé les forces parlementaires à mettre fin à la «confrontation» pour «faire face ensemble aux défis extérieurs», dont la crise économique mondiale.

M. Azarov, un bureaucrate fidèle du président avait démissionné début décembre avec tout son gouvernement, expliquant sa décision par son élection à un mandat de député aux législatives. Le chef de l’État a cependant à nouveau présenté la candidature de M. Azarov pour le poste de Premier ministre.

Ton opinion