Distribution de Sextoys en pleine rue interdite: Les députés français recevront des vibromasseurs

Actualisé

Distribution de Sextoys en pleine rue interditeLes députés français recevront des vibromasseurs

La distribution de 6000 sextoys dans la rue a été interdite à Paris. Riposte de sexyprivé.com à l'origine de cette action: les gadgets sexuels seront envoyés aux députés fançais.

par
phf

Le coup de pub se transforme en coup de pied de l'âne: l'entreprise sexyprivé.com, dont le nom indique clairement le domaine d'activités, voulait distribuer 6000 sextoys dans la rue vendredi.

Mais un précédent qui a provoqué des remous (une distribution d'argent en plein Paris) a visiblement incité les autorités à interdire cet événement publicitaire.

Cette décision n'a pas désarmé les marchands de sextoys. Pour marquer leur «incompréhension», ils ont décidé d'envoyer leur marchandise aux députés, sénateurs, ainsi qu'à la préfecture de police de Paris. Quelque mille «kits sexy» parviendront aux très sérieux élus siégeant dans la capitale, précise lepost.fr.

Le contenu de ces kits, qui se présentent sous forme de bonnets de Noël, est détaillé sur le site de sexyprivé.com: un string rose, un préservatif et un sextoy au choix, selon disponibilités du stock (vibromasseur, menottes, boules de geisha).

«Il semble qu'un amalgame injustifié entre notre distribution originale et ludique de sextoys (organisée déjà une 1ère fois avec succès et sans heurt à Paris le 14 Février 2009 pour la Saint Valentin) et la tentative irresponsable de distribution d'argent d'un site internet ait été faite par trop de monde», expliquent, vexés, les vendeurs de godemichets.

En effet, à mi-novembre, l'annonce d'une distribution en pleine rue de 25'000 euros en coupure de 5 à 500 euros a attiré 5000 personnes au pied de la Tour Eiffel. Craignant des débordements, la manifestation avait été finalement annulée.

Ton opinion