Assurance chômage: Les députés genevois demandent 120 jours d'indemnités de plus
Actualisé

Assurance chômageLes députés genevois demandent 120 jours d'indemnités de plus

A une voix près, le Grand Conseil genevois a adopté jeudi une résolution demandant au gouvernement d'obtenir 120 jours de plus d'indemnités de l'assurance chômage.

A Genève, le taux de chômage atteignait 7,3 % à fin janvier. Or, les cantons où le taux de chômage dépasse 5 % peuvent demander à la Confédération de prolonger la durée d'indemnisation de l'assurance chômage de 400 à 520 jours. Mais le Conseil d'Etat genevois a déclaré il y a une semaine préférer sa politique de réinsertion rapide des chômeurs à un tel allongement.

A l'instar des syndicats, le Parti socialiste et le Mouvement Citoyens Genevois (MCG) estiment que la nouvelle loi genevoise sur le chômage, qui est entrée en vigueur en février 2008, n'est pas à l'origine d'effets importants. Sur 5000 chômeurs arrivés en fin de droit en 2009, seuls 513 ont bénéficié de mesures de réinsertion. Et les personnes placées dans les services de l'Etat constituent une main d'oeuvre bon marché.

Les Verts ont soutenu la résolution, considérant ces 120 jours supplémentaires comme un pis-aller dans une situation économique particulière. Mais ils voient aussi d'un bon oeil la nouvelle loi sur le chômage, en particulier le volet concernant la formation.

«Un mirage»

Les partis de droite ont suivi le conseiller d'Etat François Longchamp, à la tête du département de l'emploi, qui a qualifié ces 120 jours de plus de mirage. Ils estiment que la durée d'éloignement du travail est un facteur pénalisant et qu'il convient de requalifier les gens dès leur entrée au chômage. L'UDC a elle a mis en cause la libre circulation des personnes.

François Longchamp a défendu le bilan de la nouvelle loi sur le chômage. La durée moyenne de chômage est passée de 343 jours en 2006 à 265 en 2009. Dans le même laps de temps, le nombre de chômeurs arrivant en fin de droit a baissé de 3900 à 3200. Genève investit 90 millions de francs pour sa politique cantonale volontariste de réinsertion. (ats)

Ton opinion