Vaud: Les députés s'achoppent sur l'alcool à l'emporter
Actualisé

VaudLes députés s'achoppent sur l'alcool à l'emporter

Le Grand Conseil vaudois a longuement débattu mardi sur les heures d'interdiction et les types d'alcool concernés. Le débat se poursuivra la semaine prochaine.

La révision de la Loi sur les auberges et débits de boissons (LADB) vise à diminuer la consommation d'alcool en soirée, particulièrement celle des jeunes. Depuis quelques années, l'ivresse ponctuelle et les bitures express sont devenues très répandues auprès des 18-24 ans. Pour y remédier, le Conseil d'Etat a proposé d'interdire entre 20h00 et 06h00 la vente de bière et d'alcool fort à l'emporter.

Les députés ont largement souscrit à l'objectif de santé publique, même si une partie a critiqué des mesures «liberticides» qui constituent une «inacceptable punition collective». Il vaudrait mieux «prévoir des mesures ciblées sur la petite minorité qui dérape», a déclaré le député Jérôme Christen (Vaud Libre).

Pesée d'intérêts

«La liberté est le fruit du bon ordre», a répliqué le conseiller d'Etat Philippe Leuba, qui a expliqué que le gouvernement avait procédé à une «pesée d'intérêts». La majorité de la commission s'est rangée à son avis, mais elle propose de repousser l'interdiction à 21h00 - comme à Genève - , au lieu de 20h00.

En plénum, le débat a dépassé les habituels clivages partisans, divisant la plupart des groupes. Plusieurs amendements ont été déposés, mais, faute de temps, aucun n'a pu être mis au vote. Les députés devraient trancher la semaine prochaine.

Aussi le vin

La PLR Gloria Capt estime qu'il faut aller jusqu'au bout de la démarche et ne pas se limiter à une «demi-mesure»: elle propose que toutes les boissons alcoolisées soient interdites à la vente à l'emporter de 20h00 à 06h00. «S'il ne leur reste que le vin pour se saouler, les jeunes se saouleront au vin: peu importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse», a-t-elle relevé.

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba a plaidé pour que l'interdiction se limite à ce qui est indispensable. «Seuls les alcools forts et la bière sont à l'origine des troubles de l'ordre public, pas le vin». D'autres propositions sont sur la table: renoncer à toute limitation de vente à l'emporter ou encore retirer la bière de l'interdiction. (ats)

Ton opinion