Grand Conseil fribourgeois: Les députés unanimement favorables à une alerte enlèvement
Actualisé

Grand Conseil fribourgeoisLes députés unanimement favorables à une alerte enlèvement

Le Grand Conseil fribourgeois veut accélérer la mise en place d'une alerte enlèvement en Suisse.

Il a adopté mercredi à l'unanimité des 92 députés présents une résolution dans ce sens, proposée par les cinq chefs de groupe du parlement cantonal.

Les députés ont ainsi chargé le gouvernement d'intervenir sur le plan fédéral et intercantonal en faveur d'une convention «Alerte enlèvement» applicable encore en 2009 sur l'ensemble du territoire suisse. Le Conseil d'Etat est également appelé à tout mettre en oeuvre sur le plan cantonal afin d'adhérer à cette convention.

Les députés ont eu une pensée pour Lucie, tuée à Rieden (AG) le 4 mars dernier, et ses parents, fortement engagés en faveur de l'alerte enlèvement. Celle-ci ne sera pas le remède à tous les maux, a dit le chef du groupe libéral-radical Jean-Denis Geinoz. Mais elle rendra la tâche plus difficile aux pervers et aux profiteurs.

Extension aux adultes

Se faisant philosophe, M. Geinoz a évoqué Eschyle; et de citer «Il est bon d'apprendre à être sage à l'école de la douleur». La députée de l'Alliance centre gauche Nicole Aeby-Egger a appelé de ses voeux l'extension du système à une véritable alerte disparition, concernant également les adultes.

Pour le démocrate-chrétien Jean-Pierre Siggen, l'alerte enlèvement renforcera la collaboration entre cantons. Cette dernière s'est montrée défaillante dans l'affaire de Lucie, même si dans son cas une alerte enlèvement n'aurait pas réussi à la sauver.

Evolution à Berne

Le directeur de la sécurité et de la justice a salué l'évolution de l'attitude de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf. Lors d'une conférence de presse mardi à Genève, la cheffe du Département fédéral de justice et police a salué la prise de position de la Conférence latine des chefs des Départements de justice et police (CLDJP) en faveur d'un système d'alerte enlèvement sous la houlette de Berne.

Il y a un mois, en répondant à une motion du conseiller aux Etats Didier Burkhalter, le Conseil fédéral a fait état de nombreuses réserves face à un tel projet: «toutes des excuses pour ne pas agir», a bougonné M. Jutzet en plénum. (ats)

Ton opinion