Alcool: Les députés valaisans disent non au «Dry January»
Publié

AlcoolLes députés valaisans disent non au «Dry January»

Le Grand conseil valaisan a refusé de peu l’action soutenue par Promotion Santé Valais d’un mois de janvier sans alcool, invoquant le coup porté aux cafetiers-revendeurs.

L’action «Dry January» prônant un janvier sobre n’a pas passé la rampe du Grand Conseil valaisan.

L’action «Dry January» prônant un janvier sobre n’a pas passé la rampe du Grand Conseil valaisan.

Photo d’illustration/Keystone

Le Grand Conseil valaisan ne veut pas d’un mois de janvier sobre ou «Dry January». Lors d’un vote très serré, il a exhorté le gouvernement à cesser l’action originaire du Royaume-Uni et portée par Promotion Santé Valais.

Les députés ont accepté le postulat urgent issu des rangs PDC par 59 voix contre 56 et 7 abstentions. «La problématique aujourd’hui n’est pas la consommation d’alcool mais la non-consommation d’alcool», a lancé Emmanuel Chassot (PDC), l’un des auteurs du postulat.

Selon lui, l’action «Dry January» tombe au plus mal. Elle risque «d’être mortelle pour les producteurs et cafetiers-revendeurs» déjà très impactés par la crise sanitaire, et elle entre en contradiction avec les actions du canton et de la Confédération qui «délient les bourses pour venir en aide et promouvoir et dynamiser l’économie viti-vinicole».

Le gouvernement n’est pas de cet avis. «Nous sommes conscients des difficultés majeures de la branche et avons pris de nombreuses mesures pour les personnes concernées», a rappelé Esther Waeber-Kalbermatten. La cheffe du département valaisan de la santé, des affaires sociales et de la culture a toutefois rappelé la mission de tous les acteurs de la prévention, dont fait partie Promotion santé Valais.

La liberté de chacun

Le député Patrick Evéquoz (AdG) s’est «étonné de la virulence» du postulat vis-à-vis d’un janvier sobre que chacun est libre de suivre ou non. Il existe des actions similaires de prévention contre le tabac et les cigarettiers ne montent pas au créneau pour autant, a-t-il souligné.

Le député Vert Alexandre Dubuis, responsable du secteur Addiction-CIPRET, a rappelé que le Valais «connaît une consommation excessive d’alcool, supérieure à la moyenne nationale, chez les adultes et les jeunes. Le «Dry January» est un défi ludique. Les autres cantons romands n’y ont pas mal réagi, même les cantons viticoles», a-t-il indiqué.

L’UDC a soutenu le postulat. Quant au PLR, il s’est montré divisé: certains ont déploré une communication maladroite, mais redouté plus encore de contrer l’action et de véhiculer ainsi «l’image caricaturale du Valaisan qui ne peut pas se priver d’alcool», a résumé le député David Crettenand.

(ATS/NXP)

Ton opinion