Alimentation et environnement: Les désastres climatiques menacent aussi nos assiettes

Publié

Alimentation et environnementLes désastres climatiques menacent aussi nos assiettes

Partout sur la planète, les récoltes souffrent du changement climatique, notamment des inondations et des sécheresses. Des experts tirent la sonnette d’alarme, car la famine s’accroît.

Un champ de maïs desséché en France à la suite d’une sécheresse (photo d’illustration).

Un champ de maïs desséché en France à la suite d’une sécheresse (photo d’illustration).

IMAGO/Xinhua

Les crises liées à la guerre, aux catastrophes météo ou à la pandémie ont ébranlé les systèmes alimentaires mondiaux et fait basculer des millions de personnes dans la faim et la pauvreté.

Le sujet sera sur la table de la prochaine conférence de l’ONU sur le climat, la COP27, début novembre à Charm el-Cheikh en Égypte. Inondations, sécheresses et vagues de chaleur frappent en effet les récoltes de l’Europe à l’Asie, menacent de famine la Corne de l’Afrique. Et les experts préviennent que cela pourrait n’être qu’un début.

«Si nous n’agissons pas maintenant, ce n’est qu’un échantillon de ce qui pourrait arriver», avertit Mamadou Goita, expert du groupe IPES-Food, qui travaille avec des organisations paysannes en Afrique et dans le monde.

«Dévastation soudaine»

La production alimentaire est à la fois une source importante d’émissions, contribuant au réchauffement de la planète, et elle est aussi très exposée aux effets du changement climatique: à long terme (baisse des rendements, réchauffement des océans, décalages saisonniers pollinisateurs/plantes ou excès de chaleur pour les travailleurs agricoles), mais aussi à court terme.

Les inondations peuvent provoquer une «dévastation soudaine des moyens de subsistance et des infrastructures», souligne Rachel Bezner Kerr, professeure à l’université américaine Cornell et auteure principale du rapport du GIEC (experts climat de l’ONU) sur les impacts climatiques.

Crise du kimchi

L’an 2022 en offre de dramatiques illustrations. Des canicules ont affecté les cultures dans toute l’Asie du Sud, la sécheresse a ravagé les cultures en Europe, la chaleur a dévasté celles du chou en Corée du Sud, déclenchant une «crise du kimchi». Des inondations ont submergé les rizières au Nigeria et en Chine, la sécheresse a frappé le bassin du fleuve Yangtze, qui abrite un tiers des cultures nationales. Les autorités ont envoyé des drones pour «ensemencer» les nuages et tenter d’attirer la pluie.

Les plus vulnérables sont les plus durement touchés. Quelque 22 millions de personnes sont menacées par la famine au Kenya, en Somalie et en Éthiopie, selon le Programme alimentaire mondial de l’ONU, après quatre saisons des pluies… sans pluie. «C’est comme si notre rapport se réalisait en temps réel», commente Mme Bezner Kerr.

Terres agricoles englouties

Au Pakistan, des inondations dramatiques liées à une mousson hors norme ont englouti de vastes étendues de terres agricoles, ravageant les cultures de base comme le riz, les tomates et l’oignon.

Dans le district de Mirpur Khas, dans la province agricole du Sindh, l’eau a submergé la récolte de coton d’Akbar Rajar. «Nous sommes en danger persistant», se lamente cet agriculteur, lourdement endetté, qui s’apprête à semer du blé dans un sol détrempé.

Jusqu’à neuf millions de personnes pourraient être entraînées dans la pauvreté par la catastrophe, selon la Banque mondiale.

Aider les petits agriculteurs

Les crises peuvent entraîner des restrictions à l’export, comme celles imposées cette année par l’Inde lorsque sa récolte de blé a souffert de la canicule. La spéculation et la crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine n’ont rien arrangé, faisant augmenter les prix des engrais par exemple.

L’une des solutions est l’argent, en particulier pour les petits agriculteurs des «lignes de front» du changement climatique et de l’insécurité alimentaire, selon Claire McConnell, du groupe de réflexion E3G. Seulement 2% des financements climatiques leur parviennent, selon l’experte.

Autre dossier majeur, la réduction des émissions. Car la production alimentaire deviendra «impossible» dans certaines régions si le réchauffement poursuit sa trajectoire actuelle, selon le GIEC. Réorienter des milliards de dollars de subventions agricoles qui nuisent à l’environnement et au climat serait un vrai levier, selon Mme Bezner Kerr.

Varier son alimentation

Les habitants des pays riches pourraient réduire leur consommation de viande et ainsi l’utilisation de céréales pour nourrir le bétail, qui contribuent souvent à la déforestation. Et les nations du monde entier pourraient varier leur alimentation au-delà des habituels riz, maïs, blé ou pommes de terre.

Ce qui pourrait faire sens en Égypte, hôte de la COP27, où la majorité du blé, importé, est subventionnée par l’État. Ce qui permet de garder le pain bon marché.

Mais ces solutions ont leurs limites. «Comment produire une variété qui, même après avoir été sous l’eau quelques jours, est toujours résistante?», interroge Nabeel Munir, le diplomate pakistanais qui préside le principal bloc de négociation des pays en développement aux négociations climat.

(AFP)

Ton opinion

55 commentaires