Emeute: Prison à Bali: Les détenus reprennent le contrôle à Bali
Actualisé

Emeute: Prison à BaliLes détenus reprennent le contrôle à Bali

Les détenus de la prison surpeuplée de Kerobokan, sur l'île indonésienne de Bali, ont repris mercredi le contrôle de l'établissement après une seconde nuit de mutinerie.

Quelque 400 policiers et soldats lourdement armés étaient massés à l'extérieur de la prison, qui abrite environ 1.000 détenus, dont douze Australiens condamnés pour trafic de drogue.

«Le prisonniers ont à nouveau pris le contrôle de la prison, ce qui a contraint les forces de l'ordre de procéder à des tirs d'avertissement en l'air», a déclaré à l'AFP le porte-parole du commandement militaire de la province, Wing Handoko.

«Les mutins veulent que leurs compagnons soignés à l'hôpital soient ramenés parce qu'ils craignent qu'ils soient maltraités par les forces de sécurité», a-t-il ajouté.

quatre blessés

Mercredi à l'aube, les forces de l'ordre avaient repris le contrôle de la prison après une première nuit d'émeutes qui a fait quatre blessés, trois détenus et un policier.

L'assaut avait été donné après que plusieurs tentatives de pourparlers avec les émeutiers eurent échoué.

«Une centaine de policiers et militaires ont pénétré dans la prison à l'aube. Ils ont été contraints d'ouvrir le feu et trois personnes ont été blessées à la jambe et hospitalisées», avait déclaré à l'AFP le responsable adjoint de la police locale, Ketut Untung Yoga Ana, ajoutant que les blessés étaient des détenus.

Un officier de police a été légèrement blessé pendant l'assaut.

La prison abrite douze Australiens, dont le groupe dit des «Bali Nine» («les neuf de Bali»), qui ont été condamnés pour trafic de drogue, dont deux à mort. Six d'entre eux purgent une peine de prison à vie.

Ces douze détenus sont «sains et saufs», a indiqué à l'AFP à Sydney un porte-parole du ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce (DFAT).

En tout, 51 détenus de 17 pays se trouvent à Kerobokan, a précisé un porte-parole du commandement militaire de la province.

Prison de 1.000 détenus

Le pénitencier abrite plus de 1.000 détenus, soit plus de trois fois sa capacité. Largement vétuste, il offre un contraste saisissant avec la station balnéaire toute proche de Kuta, haut lieu du tourisme international.

La police a confirmé des informations de la presse locale selon lesquelles l'agression au couteau d'un détenu par un autre, dimanche, a déclenché une série de représailles parmi les prisonniers, qui a fini par se transformer en émeute.

Face aux violences, les gardiens ont été contraints d'abandonner la maison d'arrêt, selon la police. Les détenus ont pris le contrôle de la prison pendant plus de sept heures, a précisé la police.

Pas d'électricité dans le pénitentier

«Nous avons été débordés. Ils ont offert une forte résistance», a expliqué à la presse le chef de la police balinaise, Totoy Herawan Indra. «Ils se sont également emparés d'armes à feu qui se trouvaient dans l'armurerie, mais on a pu les récupérer avant qu'ils ne s'en servent», a-t-il ajouté.

Un correspondant de l'AFP a entendu des tirs continus qui ont duré quelque trois minutes.

Mercredi en fin de journée, la prison restait sans électricité, le courant ayant été coupé mardi en raison de l'émeute.

Le pénitencier est connu pour abriter des détenus condamnés à des peines lourdes pour meurtre, crimes violents ou sexuels. (afp)

Ton opinion