Actualisé

Les deux films en compétition lundi

Ces longs métrages sont signés l'un par Nanni Moretti et l'autre par Aki Kaurismaki. Hors compétition s'ajoute notamment la superproduction américaine «X-Men 3».

Nanni Moretti débarque sur la Croisette avec «Le Caïman», film qui a obtenu un grand succès en Italie. Le cinéaste est un habitué du festival qui lui a décerné sa Palme d'or en 2001 pour «La chambre du fils» et un prix de la mise en scène en 1994. Il a également été membre du jury en 1997.

Son nouveau long métrage a pour personnage principal un producteur de films de série Z en faillite professionnelle et sentimentale. Il est empêtré dans ses dettes, ses faiblesses, son mariage en bout de course et ses enfants sans repère.

Une jeune réalisatrice lui apporte alors un scénario, «Le Caïman». Il accepte et s'aperçoit trop tard qu'il s'agit en fait d'un film sur Berlusconi.

Il n'a plus d'autre choix que de monter le film. Pourtant, dans cet engrenage d'échecs et de difficultés, commence à naître en lui un nouvel élan vital: celui de l'affirmation de sa dignité. Cet homme qui semblait fini trouve en lui l'énergie pour aller jusqu'au bout d'un projet qu'il estime lui aussi nécessaire de réaliser.

Place au soleil

Le Finlandais Aki Kaurismaki est aussi très apprécié à Cannes. En 2002, il a notamment obtenu le Grand Prix du jury pour «L'Homme sans passé», film qui a aussi valu à son interprète principale le prix d'interprétation féminine et qui a en outre reçu le prix du jury oecuménique.

Dans «Les lumières du faubourg», le personnage principal cherche une petite place au soleil. L'indifférence générale et la mécanique sans visage de la société se liguent pour briser ses modestes espoirs. En outre, un groupe de bandits organise un cambriolage dont il sera rendu seul responsable.

Guerre spectaculaire

Hors compétition, les festivaliers découvriront «X-Men, the last stand» (L'affrontement final) de Brett Ratner. Dans cette superproduction qui devrait être l'ultime chapitre de la trilogie, les mutants affrontent un choix historique car un traitement leur permet d'échapper à ce qu'ils sont.

Pour la première fois, ils ont le choix: conserver ce qui fait leur caractère unique mais leur vaut d'être rejetés par l'humanité, ou bien abandonner leurs pouvoirs et devenir des humains à part entière. Les points de vue opposés de Charles Xavier et Magnéto sont plus que jamais incompatibles et vont déclencher la plus spectaculaire des guerres. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!