Affaire Kadhafi: Les deux otages font recours contre leur condamnation
Actualisé

Affaire KadhafiLes deux otages font recours contre leur condamnation

Max Göldi et Rachid Hamdani, les deux otages suisses retenus en Libye, vont faire recours contre leur condamnation à seize mois de prison, ont annoncé vendredi leurs proches.

Retenus depuis le 19 juillet 2008, Max Göldi, chef de la filiale en Libye du groupe d'ingénierie hevético-suédois ABB, et Rachid Hamdami, responsable d'une PME vaudoise, ont été condamnés lundi dernier à 16 mois ferme et à une amende de 2.000 dinars libyens (environ 1600 francs) chacun pour «séjour illégal».

M. Hamdani «a donné instruction à son avocat en Libye de recourir contre le verdict le condamnant tel qu'il lui a été notifié oralement lundi 30 novembre 2009», écrit son épouse dans un communiqué.

Le groupe ABB a de son côté annoncé avoir «demandé à ses avocats en Libye» de présenter un recours contre le jugement.

Les deux hommes doivent par ailleurs comparaître de nouveau devant la justice libyenne dans une deuxième affaire concernant «l'exercice d'activités économiques sans autorisation», selon une source judiciaire libyenne.

L'arrestation, le 19 juillet 2008, des deux hommes d'affaires était intervenue peu après l'interpellation musclée à Genève d'un fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, Hannibal, et de son épouse, sur plainte de deux domestiques accusant leur employeur de mauvais traitements.

«L'affaire Hannibal» a envenimé les relations entre Tripoli et Berne et des mesures de rétorsion ont été prises par les deux pays: retrait d'avoirs bancaires des banques suisses et départ des sociétés helvétiques du côté libyen, adoption d'une politique restrictive de visas Schengen envers les ressortissants libyens côté suisse.

(ats/afp)

Ton opinion