Les digues de Sion doivent être renforcées d'urgence
Actualisé

Les digues de Sion doivent être renforcées d'urgence

Les digues du Rhône se comportent comme un morceau de sucre imbibé de liquide.

Elles deviennent friables. Et la situation est particulièrement sensible à Sion, où le canton entame des Tavaux de renforcement qualifiés d'urgent.

Un débordement du Rhône à Sion peut causer jusqu'à 850 millions de francs de dégâts matériels et concernerait près de 8000 habitants. Le canton ne veut pas attendre le projet global de correction du Rhône pour renforcer des digues en mauvais état, a déclaré vendredi le chef du département de l'équipement Jean- Jacques Rey-Bellet.

Investissement pour l'avenir

Les travaux prévus coûtent 1,2 million de francs et dureront jusqu'à fin juillet. Sur 400 mètres, la digue sud sera renforcée par des panneaux d'acier enfoncés dans la digue. Et sur 800 mètres les travaux viseront à combler des trous provoqués par la coupe d'arbres dont les racines ont pourri dans la digue.

A cet endroit, le Rhône traverse une zone d'habitation et d'artisanat où il est impossible d'élargir le lit du fleuve, a précisé M. Rey-Bellet. Les travaux de renforcement constituent donc un investissement utile dans le cadre de la troisième correction du Rhône.

Pour ce vaste chantier qui s'étale sur une vingtaine d'années avec un coût devisé à 1,2 milliard de francs, le canton a désigné quatre secteurs prioritaires: Viège, Sierre, Sion et Fully. Les travaux ont été mis à l'enquête à Viège l'an dernier, ils le seront pour Sierre et Fully cette année et pour Sion l'an prochain.

Doubler la capacité du Rhône

Le défi est de doubler la capacité du Rhône sur l'ensemble de son tracé. A Viège, un élargissement du fleuve est prévu en amont et en aval du site industriel de la Lonza. Une stratégie similaire est envisagée à Sion pour permettre un débit jusqu'à 1580 mètres cubes d'eau par seconde, contre 800 actuellement.

Un investissement de quelque 100 millions de francs est prévu pour chacun de ces chantiers prioritaires pour lesquels il faut compter deux à trois ans de procédure et sept à huit ans jusqu'à leur réalisation complète. L'état des digues à Sion ne permet pas d'attendre jusqu'en 2015, a dit M. Rey-Bellet.

(ats)

Ton opinion