M17 - Frédéric Veseli: «Les dix minutes les plus longues de ma vie»
Actualisé

M17 - Frédéric Veseli«Les dix minutes les plus longues de ma vie»

Les M17 helvétiques ont quitté lundi soir le Nigéria avec leur titre de champions du monde dans les valises. A quelques heures de monter dans l'avion et après une nuit quasi blanche, le capitaine des Rougets Frédéric Veseli s'est livré à 20 minutes online.

par
Catherine Muller

20 minutes online. Frédéric Veseli, tout d'abord félicitations pour ce magnifique succès!

Frédéric Veseli. Merci. C'est vrai qu'on a réussi quelque chose d'assez incroyable! On commence seulement à vraiment réaliser aujourd'hui.

On imagine, selon la formule consacrée, que la nuit a dû être courte...

En effet (sourire). Personnellement, je n'ai pas dormi du tout, c'est d'ailleurs le cas pour la plupart. Certains ont quand même fini par aller se coucher vers 7 ou 8 heures du matin, alors que le réveil sonnait à 11 heures.

De quelle façon avez-vous célébré cette victoire?

On s'est d'abord tous rendus à notre hôtel, puisque le manager nous avait organisé une réception. Les joueurs, le staff et les supporters, tout le monde était réuni. Ensuite, on était libre de faire ce qu'on voulait. Certains sont restés dans leur chambre, d'autres sont sortis. On en a bien profité!

Avant le début du match, au moment d'entrer sur le terrain, dans quel état d'esprit vous trouviez-vous?

J'ai essayé de faire le vide dans ma tête, pour évacuer la pression. Je me suis aussi dit qu'il s'agissait des 90 dernières minutes du tournoi, et qu'il fallait absolument tout donner. Toute l'équipe ne voulait penser qu'à la victoire.

Le fait de jouer contre une équipe soutenue par plus de 60 000 spectateurs, ça impressionne forcément?

On y a surtout prêté attention lors de l'échauffement. Une fois que le match a commencé, on est rentré dans notre bulle et on a tenté de faire abstraction de la ferveur du public. On s'est focalisé sur le fait que nous étions onze et qu'en face, ils étaient également onze sur le terrain.

Le début de match a quand même été un peu laborieux pour la Suisse, vous avez failli encaisser un, voire même plusieurs buts très rapidement...

Je dirai que les Nigériens ont entamé la rencontre sur un rythme très élevé. Il ont tenté de nous bousculer, de nous faire mal dès le début. Mais heureusement, on a pas cédé. Et on savait très bien qu'ils ne pourraient pas garder le même rythme tout le match. Au fil des minutes, le jeu s'est équilibré, et on a commencé à se créer des occasions.

Au moment du coup de sifflet final, c'est l'explosion de joie?

C'est un moment que je garderai en mémoire tout ma vie. Ca a été comme une libération, on était enfin champions du monde! Les dix dernières minutes du match (ndlr: Veseli a été remplacé à la 78e par Hajrovic) ont été les plus longues de toute ma vie! Je me disais qu'il me suffisait de regarder encore dix fois ma montre, et le match serait terminé, mais en fait, chaque fois que je la regardai elle affichait la même minute, ça semblait interminable. Et les Nigériens n'arrêtaient pas d'attaquer. Bref, le stress total!

L'équipe sera de retour en Suisse mardi matin. Quel sera votre planning durant ces prochains jours?

J'aimerais bien rester quelques jours à la maison, profiter de ma famille et de mes amis (ndlr: à Renens), d'autant plus que vendredi, c'est mon anniversaire (ndlr: il fêtera ses 17 ans). Pour la suite, je ne sais pas encore exactement quand je retrouverai mon club de Manchester City, il faut que j'en discute encore avec eux. Mais là, d'abord, je voudrais savourer ce succès avec mes proches.

E-talk avec Frédéric Veseli mercredi

Le capitaine des Rougets sera l'invité de la rédaction de 20 minutes online, ce mercredi entre 12h30 et 13h30. Il répondra en direct aux questions des internautes. .

Ton opinion