Attentats à Paris: Les donneurs de sang refoulés
Actualisé

Attentats à ParisLes donneurs de sang refoulés

Alors que de nombreux citoyens souhaitaient faire don de leur sang au lendemain de la fusillade meurtrière à Paris vendredi, des centres médicaux refoulent les volontaires.

par
jod
1 / 277
kein Anbieter
23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

23.06 Selon Le Soir, Salah Abdeslam a été retenu pendant 30 minutes par des gendarmes français, le 14 novembre. Ils n'avaient pas reçu d'informations concernant sa radicalisation.

BFM TV
16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

16.06 Un lycéen de 17 ans raconte à BFM TV sa rencontre avec Salah Abdeslam, avec qui il a passé une partie de la nuit qui a suivi les attentats du 13 novembre 2015.

Capture d'écran BFM TV

Les services de don du sang de la capitale française ont été saturés samedi. Selon des informations issues du Monde.fr, les citoyens viennent par dizaines aux portes des hôpitaux parisiens, afin de se rendre utile face au drame qui a fait 128 morts et 99 blessés vendredi. En vain; les services sont submergés par les donneurs volontaires, lesquels sont renvoyés vers d'autres centres de soins.

Les réseaux sociaux ont joué un rôle majeur dans cette mobilisation, via les hashtags #dondusang et #JeDonnePourParis qui mentionnent les lieux organisant des collectes – l'on dénombre une vingtaine de sites ouverts samedi. Mais un problème organisationnel persiste: il manque des lits et des infirmiers permettant de prélever le sang des volontaires.

«A la Pitié-Salpêtrière, il y a par exemple cinq lits pour le don de sang», mentionne un responsable médical sur le site du Monde. Ce directeur d'établissement mentionne une autonomie de 12 à 13 jours grâce aux quelques 13'000 poches de globules rouges en stock. Ces dernières, qui ont permis de pallier au drame de vendredi soir, ne sont pas encore épuisées. Les donneurs déçus dans leur démarche seront en revanche bienvenus dès la semaine prochaine afin de reconstituer les stocks. D'autant plus que les plaquettes, contrairement aux globules rouges, « ont une durée de vie de 5 jours », précise encore le site.

Ton opinion