Zurich: Les e-bikes: source de conflits entre voisins
Actualisé

ZurichLes e-bikes: source de conflits entre voisins

Les habitants de Männedorf (ZH) ne cessent de recharger leur vélo électrique voire leur voiture via l'électricité de leur immeuble. Cette habitude a le don d'agacer certains voisins qui refusent de payer pour les dépenses des autres.

par
qll/vsm
Beeldbewerking

Les détenteurs de vélos électriques devront recharger leur véhicule chez eux. C'est ce qu'exige une circulaire envoyée aux habitants d'un immeuble locatif de Männedorf. En effet, ils ont désormais l'interdiction d'utiliser le flux d'électricité général pour charger leur deux-roues.

«Quand j'ai lu cette lettre, je me suis dit qu'on avait un sérieux problème de tolérance», explique un lecteur-reporter. D'après lui, il est totalement absurde de lancer une querelle de voisinage à propos de frais d'électricité qui ne représentent presque rien. «Il n'y a pas d'ascenseur dans la maison. Comment les gens sont-ils censés transporter leurs vélos électriques dans leur appartement si la batterie ne peut pas être retirée?», s'agace-t-il.

Des résidents qui refusent de payer pour les autres

La gérance explique avoir reçu des plaintes de plusieurs locataires à ce sujet. En effet, les frais pour l'électricité prise dans les parties communes s'ajoutent à la facture d'électricité des habitants et certains refusent de payer des charges supplémentaires pour les autres.

Elle ajoute que seuls les résidents de cette propriété ont reçu une telle circulaire. «En raison de la popularité croissante des vélos électriques, il arrive que nous devons informer certains locataires qu'ils ne sont pas autorisés à puiser de l'électricité dans l'alimentation générale. Certains vélos sont munis d'une batterie qui peut être retirée et chargée à la maison. De plus, le coût de recharge régulière des batteries varie considérablement en fonction de l'utilisation, du fabricant et de la performance».

Des vélos et même des voitures

Le problème est bien connu de l'Association des locataires du canton de Zurich. «Les conflits liés à l'électricité sont de plus en plus nombreux», explique le porte-parole Walter Angst. «Les litiges concernant les vélos électriques sont encore assez rares, car de nombreuses personnes ont des batteries qui peuvent être retirées et rechargées à la maison. Les cas les plus fréquents restent les voitures électriques qu'on recharge via le courant général dans le garage». Dans ces cas-là, la facture d'électricité est nettement plus salée que lorsqu'on recharge un e-bike.

D'après Walter Angst, les querelles de consommation d'électricité ne concernent pas que les véhicules. «Il y a souvent des conflits concernant la consommation de certains appareils ménagers comme les congélateurs dans les caves, alimentés par le flux de l'immeuble. Mais en général, on trouve une solution».

L'e-mobilité chez les locataires: un problème en devenir

En cas de désaccord dans l'immeuble, Walter Angst conseille de ne pas s'adresser directement à la gérance: «Cela crée une ambiance tendue. Beaucoup de problèmes disparaîtraient rapidement si les locataires communiquaient entre eux. On pourrait par exemple proposer de payer certains frais au prorata de l'utilisation».

Dans tous les cas, l'Association suisse des locataires n'a pas fini de traiter des questions relatives à l'e-mobilité. Celles-ci s'avéreront probablement de plus en plus fréquentes dans les années à venir.

Ton opinion