Norvège: Les effets secondaires du vaccin font des victimes
Publié

NorvègeLes effets secondaires du vaccin font des victimes

L’Agence norvégienne des médicaments a établi un lien entre treize décès et la prise d’une dose de Pfizer-BioNTech contre le Covid-19.

Svein Andersen, 67 ans, premier patient norvégien ayant reçu le vaccin de Pfizer-Biontech. (Photo by Fredrik Hagen / NTB / AFP) / Norway OUT

Svein Andersen, 67 ans, premier patient norvégien ayant reçu le vaccin de Pfizer-Biontech. (Photo by Fredrik Hagen / NTB / AFP) / Norway OUT

AFP

La Norvège a fait état de 29 personnes touchées par des effets secondaires du vaccin Pfizer-BioNTech, dont 13 ont perdu la vie. Tous les décès sont survenus parmi des patients placés dans des EMS et d’un âge supérieur à 80 ans, selon le média Norway News. Les autorités sanitaires précisent que les grandes études sur ce vaccin n’ont pas inclus les patients souffrant de maladies instables ou aigües, et peu de personnes de plus de 85 ans, ce qui peut expliquer l’impact plus grave des effets secondaires même légers sur des personnes très vulnérables.

«Si vous êtes très fragile, vous ne devriez probablement pas être vacciné», a recommandé le docteur Steinar Madsen, de l’Agence norvégienne des médicaments. Le bénéfice du vaccin peut être marginal, voire sans importance, pour une personne en fin de vie, a-t-il encore ajouté. Selon les premières investigations dont fait état Le Parisien, la majorité des victimes présentaient des effets indésirables jugés habituels, comme la fièvre, la diarrhée ou des nausées.

La Norvège a commencé à vacciner sa population le 27 décembre dernier. Jeudi passé, elle avait déjà administré une dose à plus de 33’000 personnes en se concentrant sur la population à risques, dont les personnes âgées. Le roi Harald et la reine Sonja ont eux aussi reçu leur première dose.

Les effets secondaires courants des vaccins à ARNm, tels que la fièvre et les nausées, ont pu entraîner la mort de certains patients fragiles

Sigurd Hortemo, Agence norvégienne du médicament

L’Agence norvégienne du médicament a constaté que «le nombre d’incidents jusqu’à présent n’est pas alarmant et conforme aux attentes», a relativisé le laboratoire Pfizer dans un communiqué cité par Bloomberg. Même si des volontaires dans la tranche d’âge entre 80 et 90 ans ont participé aux tests des deux vaccins Covid-19 approuvés jusqu’ici en Suisse (Pfizer-BioNTech et Moderna), le participant moyen était âgé de la cinquantaine.

Ton opinion

1175 commentaires