Actualisé 05.04.2006 à 22:24

Les Eglises suisses pourraient économiser des millions

La start-up genevoise Nisoikos entend réunir les Eglises suisses dans une centrale d'achat. Mazout, téléphones, assurances, tout leur coûterait 30% moins cher.

Pascal Barkats vient de lancer au début du mois une campagne officielle d'adhésion à un bureau d'achats dédié aux Eglises, aux congrégations religieuses, aux écoles privées et aux associations. Ce concept unique pourrait s'étendre outre-Sarine d'ici à trois mois. «Les Eglises suisses ont un budget de 700 millions de francs par an, dont 80% partent en salaires, confie-t-il. Grâce à des achats groupés, elles pourraient économiser 30% des 140 millions de dépenses restantes, soit plus de 35 millions par an.»

Les paroisses pourraient négocier ordinateurs, fournitures de bureaux, mazout auprès d'un seul fournisseur. Les abonnements téléphoniques auprès d'un seul opérateur. Les assurances véhicules des curés et pasteurs pourraient aussi bénéficier de rabais de flotte.

C'est lors d'un voyage dans le New Jersey que Pascal Barkats a étudié le fonctionnement des Eglises américaines. «Dès qu'un sou entre en caisse, elle le placent, confie-t-il. Elles se mettent ensemble pour obtenir d'importantes remises.»

«En Suisse, cette idée est intéressante en théorie, en pratique elle se heurte à des obstacles, notamment culturels, analyse Daniel Kosch, secrétaire général de la Conférence centrale de l'Eglise catholique romaine, à Zurich. A l'avenir, les difficultés financières contraindront peut-être les paroisses à renoncer à leur autonomie de gestion au moins au niveau cantonal.»

Giuseppe Melillo

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!