Actualisé 29.02.2012 à 21:22

Neuchâtel

Les Eglises vendent leurs bijoux de famille

Les institutions religieuses du canton souffrent d'excédents de charges.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye
Ce bâtiment rapporterait quelques millions à l'église réformée.

Ce bâtiment rapporterait quelques millions à l'église réformée.

Privées depuis 2010 d'au moins 3 millions avec la fin de l'impôt ecclésiastique que versait Philip Morris, les Eglises neuchâteloises n'en finissent pas de tirer la langue. Autre sujet qui irrite protestants et catholiques, les velléités de l'Etat de considérer le service funèbre comme «un choix religieux individuel».

Situation «fragile»

Président du conseil synodal, Gabriel Bader a admis hier que «la situation financière de l'Eglise réformée évangélique est fragile».

La réduction des effectifs au sein des Eglises reconnues du canton a diminué l'hémorragie, mais sans la stopper. Les excédents de charges sont toujours là. Centre hôtelier d'une trentaine de chambres appartenant à l'Eglise réformée, Le Louverain (Les Geneveys-sur-Coffrane) est à vendre. Chez les catholiques romains, le porte-parole Cédric Pillonel souligne que «les prestations de l'aumônerie à l'Université de Neuchâtel ont été arrêtées».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!